Aller au contenu principal »

la veranda en kiosque chaque trimestre : news, reportages, materiaux, annuaire
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2017 n°51 - Été 2017
  • Véranda magazine Avril / Juin 2017 n°50 - Printemps 2017
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2017 n°49 - Hiver 2017
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2016 n°48 - Automne 2016
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2016 n°47 - Été 2016
  • Véranda magazine Avril / Juin 2016 n°46 - Printemps 2016
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2016 n°45 - Hiver 2016
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2015 n°44 - Automne 2015
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2015 n°43 - Été 2015
  • Véranda magazine Avril / Juin 2015 n°42 - Printemps 2015
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2015 n°41 - Hiver 2015
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2014 n°40 - Automne 2014
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2014 n°39 - Été 2014
  • Véranda magazine Avril / Juin 2014 n°38 - Printemps 2014
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2014 n°37 - Hiver 2014
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2013 n°36 - Automne 2013
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2013 n°35 - Été 2013
  • Véranda magazine Avril / Juin 2013 n°34 - Printemps 2013
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2013 n°33 - Hiver 2013
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2012 n°32 - Automne 2012
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2012 n°31 - Été 2012
  • Véranda magazine Avril / Juin 2012 n°30 - Printemps 2012
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2012 n°29 - Hiver 2012
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2011 n°28 - Automne 2011
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2011 n°27 - Été 2011
  • Véranda magazine Avril / Juin 2011 n°26 - Printemps 2011
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2011 n°25 - Hiver 2011
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°24 - Automne 2010
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2010 n°23 - Été 2010
  • Véranda magazine Avril / Juin 2010 n°22 - Printemps 2010
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2010 n°21 - Hiver 2010
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°20 - Automne 2009
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2009 n°19 - Été 2009
  • Véranda magazine Avril / Juin 2009 n°18 - Printemps 2009
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2009 n°17 - Hiver 2009
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2008 n°16 - Automne 2008
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2008 n°15 - Été 2008
  • Véranda magazine Avril / Juin 2008 n°14 - Printemps 2008
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2008 n°13 - Hiver 2008
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2007 n°12 - Automne 2007
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2007 n°11 - Été 2007
  • Véranda magazine Avril / Juin 2007 n°10 - Printemps 2007
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2007 n°9 - Hiver 2007
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2006 n°8 - Automne 2006
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2006 n°7 - Été 2006
  • Véranda magazine Avril / Juin 2006 n°6 - Printemps 2006
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2006 n°5 - Hiver 2006
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2005 n°4 - Automne 2005
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2005 n°3 - Été 2005
  • Véranda magazine Mars / Avril 2005 n°2 - Printemps 2005
  • Véranda magazine Janvier / Février 2005 n°1 - Hiver 2005

Concevoir et réaliser une telle orangerie de style Napoléon III implique un respect quasi mystique de l’esprit qui prévalait voici près d’un siècle et demi quand les maîtres ferronniers domptaient dans l’effort manuel l’art du métal. Quelques magnifiques réalisations emblématiques de ce temps ornent encore Paris et les grandes capitales européennes. Mais ce style ébouriffant de lyrisme a peu à peu déserté les demeures particulières pour laisser libre cours à des géométries contemporaines souvent navrantes de médiocrité. Fort heureusement, nous sont restés quelques constructeurs amoureux des splendeurs passées, qui nous livrent toujours des verrières à la poésie fascinante.

Style impérial

La tradition revisitée dans une verrière d’art

Les traditions ne meurent jamais quand l’art des créateurs s’empare du meilleur d’autrefois et substitue aux conventions un monde qui s’accorde à nos désirs enfouis. Quelques rares grands créateurs savent encore s’inspirer sans les trahir des merveilleuses orangeries du passé pour concevoir des verrières magiques, idéales pour méditer à la recherche du temps perdu. Mais sans nostalgie aucune, car la beauté absolue ne souffre pas de regrets stériles...

La noblesse des matériaux et la splendeur du style

Concevoir et réaliser une telle orangerie de style Napoléon III implique un respect quasi mystique de l’esprit qui prévalait voici près d’un siècle et demi quand les maîtres ferronniers domptaient dans l’effort manuel l’art du métal. Quelques magnifiques réalisations emblématiques de ce temps ornent encore Paris et les grandes capitales européennes. Mais ce style ébouriffant de lyrisme a peu à peu déserté les demeures particulières pour laisser libre cours à des géométries contemporaines souvent navrantes de médiocrité. Fort heureusement, nous sont restés quelques constructeurs amoureux des splendeurs passées, qui nous livrent toujours des verrières à la poésie fascinante.

Turpin-Longueville est l’un de ces artisans-créateurs français qui œuvre depuis 35 ans à la fabrication d’orangeries et de vérandas à l’ancienne, réalisées en acier et fer forgé dans la plus pure tradition du XIXème siècle. Ces constructions au charme irrésistible connaissent un succès mérité dans le monde entier, d’autant qu’elles assurent aussi un confort et une isolation indispensables de nos jours. Ce modèle implanté à Sceaux, en région parisienne, offre une surface de 21 m² répartie en deux pièces accolées, un bureau et une salle à manger. Sa toiture est typique du style napoléonien, avec son profil en semi-coupole revêtu de zinc comportant une isolation thermique en sous face. Le faîtage de la toiture comporte une vaste verrière dotée de doubles vitrages à basse émissivité avec une transmission lumineuse et un facteur solaire savamment calculés. La structure verticale en acier comprend des poteaux tubulaires reliés entre eux par une sablière en profilés rectangulaires. Ces éléments sont montés par boulonnage créant un ensemble auto-porteur. Des consoles peuvent si besoin renforcer la fixation de l’ensemble notamment pour les appuis sur les existants. Les menuiseries sont réalisées en acier étiré à froid, de conception tubulaire fine, à forte résistance mécanique et recevant un vitrage isolant performant fixé par des pare-closes démontables sur toute la périphérie. Les ferrages sont réalisés par paumelles en acier laminé, avec des bagues laiton, de force et en nombre approprié au poids et à la dimension des ouvrants. La fermeture des fenêtres et portes fenêtres intérieures est assurée par des crémones en applique, avec des tringles en applique sur coulisseaux. La fermeture des portes d’accès se fait par bâton de maréchal et serrure à larder, tandis qu’un balai-brosse assure l’étanchéité sur le seuil de porte. En matière d’ornement, le client a opté pour une décoration dans le pur esprit napoléonien, composée de fleurs, grilles décoratives et cadres de soubassement qui ont subi le même traitement de protection et de finition que la structure et les menuiseries.

L’entreprise Turpin-Longueville regroupe une vingtaine de compagnons : maîtres ferronniers, serruriers, peintres, techniciens de chantier, couvreurs et vitriers. Chaque fabrication de véranda est le fruit d’un étroit travail d’équipe. Œuvres toujours uniques, les orangeries et vérandas en acier et fer forgé sont réalisées sur-mesure par les maîtres ferronniers. Amoureux des beaux ouvrages, ils perpétuent la tradition de l’esthétique tout en répondant aux attentes contemporaines d’isolation et de confort. Les réalisations Turpin-Longueville offrent toutes les garanties de confort que les utilisateurs attendent d’une véritable pièce à vivre, qu’il s’agisse d’un salon, d’une cuisine, d’une bibliothèque avec coin lecture... Elles se prêtent aussi aux projets de jardin d’hiver, de piscine couverte ou d’espace réunissant deux bâtiments distincts. Pergolas, marquises, verrières et portails viennent compléter et illustrer les talents de cette équipe d’artisans hors du commun. Alain Ayache, gérant de l’entreprise, indique : « Nous ne réalisons que des modèles originaux, toujours créés sur mesure en fonction de chaque situation. C’est précisément cette personnalisation à outrance que nos clients recherchent et qui nous permet de nous démarquer. » Turpin-Longueville exploite les propriétés remarquables de la gamme de profilés acier Art’System développée par Descasystem. « Cette gamme de produits permet de concevoir des verrières aux lignes très fines, observe Alain Ayache. La gamme Descasystem comporte de nombreux accessoires adaptés à différents styles, ce qui nous donne de multiples possibilités esthétiques. »