Aller au contenu principal »

la veranda en kiosque chaque trimestre : news, reportages, materiaux, annuaire
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2017 n°51 - Été 2017
  • Véranda magazine Avril / Juin 2017 n°50 - Printemps 2017
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2017 n°49 - Hiver 2017
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2016 n°48 - Automne 2016
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2016 n°47 - Été 2016
  • Véranda magazine Avril / Juin 2016 n°46 - Printemps 2016
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2016 n°45 - Hiver 2016
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2015 n°44 - Automne 2015
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2015 n°43 - Été 2015
  • Véranda magazine Avril / Juin 2015 n°42 - Printemps 2015
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2015 n°41 - Hiver 2015
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2014 n°40 - Automne 2014
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2014 n°39 - Été 2014
  • Véranda magazine Avril / Juin 2014 n°38 - Printemps 2014
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2014 n°37 - Hiver 2014
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2013 n°36 - Automne 2013
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2013 n°35 - Été 2013
  • Véranda magazine Avril / Juin 2013 n°34 - Printemps 2013
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2013 n°33 - Hiver 2013
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2012 n°32 - Automne 2012
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2012 n°31 - Été 2012
  • Véranda magazine Avril / Juin 2012 n°30 - Printemps 2012
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2012 n°29 - Hiver 2012
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2011 n°28 - Automne 2011
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2011 n°27 - Été 2011
  • Véranda magazine Avril / Juin 2011 n°26 - Printemps 2011
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2011 n°25 - Hiver 2011
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°24 - Automne 2010
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2010 n°23 - Été 2010
  • Véranda magazine Avril / Juin 2010 n°22 - Printemps 2010
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2010 n°21 - Hiver 2010
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°20 - Automne 2009
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2009 n°19 - Été 2009
  • Véranda magazine Avril / Juin 2009 n°18 - Printemps 2009
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2009 n°17 - Hiver 2009
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2008 n°16 - Automne 2008
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2008 n°15 - Été 2008
  • Véranda magazine Avril / Juin 2008 n°14 - Printemps 2008
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2008 n°13 - Hiver 2008
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2007 n°12 - Automne 2007
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2007 n°11 - Été 2007
  • Véranda magazine Avril / Juin 2007 n°10 - Printemps 2007
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2007 n°9 - Hiver 2007
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2006 n°8 - Automne 2006
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2006 n°7 - Été 2006
  • Véranda magazine Avril / Juin 2006 n°6 - Printemps 2006
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2006 n°5 - Hiver 2006
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2005 n°4 - Automne 2005
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2005 n°3 - Été 2005
  • Véranda magazine Mars / Avril 2005 n°2 - Printemps 2005
  • Véranda magazine Janvier / Février 2005 n°1 - Hiver 2005

Le style minimaliste s’impose ainsi sous deux aspects très différents mais qui concourent ensemble à la qualité du cadre de vie : le design épuré, transparent et fluide des façades offre une esthétique visuelle incomparable et dégage des vues panoramiques sur l’environnement tout en laissant pénétrer dans l’habitation un maximum de lumière naturelle. Parallèlement, la haute performance isolante des doubles, voire triples vitrages actuels apporte un confort thermique inédit et de réelles économies d’énergie. En fait, l’esprit de l’architecture minimaliste repose sur un principe essentiel : effacer au maximum la présence visuelle de la masse construite, en gommant tout détail parasite et en autorisant une interactivité visuelle objective entre intérieur et extérieur.

Minimalisme

Less is more !

Littéralement « le moins est un plus », cet aphorisme dû au célèbre architecte d’origine allemande Mies van der Rohe résume toute la philosophie du mouvement minimaliste dans la construction contemporaine. Né avec les fameux concepts du Bauhaus dans les années 1920, l'esprit minimaliste originel insistait sur la simplicité (et même parfois le dépouillement extrême) des formes architecturales, en rupture totale avec le style néo-roman très ornementé qui faisait fureur à l’époque.

L’immensité du dehors

Les tenants du minimalisme eurent souvent maille à partir avec les nazis, qui critiquaient violemment ce style jugé “collectiviste“, voire “communiste“. Le Bauhaus fut d’ailleurs définitivement fermé en 1933 et ses animateurs se réfugièrent aux Etats-Unis où ils prônèrent l’utilisation du béton, du verre et de l’acier pour la construction des premiers “gratte-ciel“ dans les années 1930-40. Bien qu’il ait poursuivi son essor sous l’impulsion d’architectes et de designers d’avant-garde (à l’image d’un Le Corbusier par exemple), le minimalisme a fait un retour en force vers la fin du siècle dernier, notamment à la faveur des progrès technologiques qui ont permis la réduction drastique des épaisseurs de matériaux afin d’alléger au maximum les châssis métalliques. Simultanément, de nombreuses études scientifiques convergentes ont démontré l’importance des apports solaires dans le bilan énergétique des constructions. Pour simplifier, en agrandissant significativement la surface de l’enveloppe vitrée, on améliore sensiblement à la fois l’isolation des bâtiments et leur faculté à capter des calories en hiver. Le style minimaliste s’impose ainsi sous deux aspects très différents mais qui concourent ensemble à la qualité du cadre de vie : le design épuré, transparent et fluide des façades offre une esthétique visuelle incomparable et dégage des vues panoramiques sur l’environnement tout en laissant pénétrer dans l’habitation un maximum de lumière naturelle. Parallèlement, la haute performance isolante des doubles, voire triples vitrages actuels apporte un confort thermique inédit et de réelles économies d’énergie. En fait, l’esprit de l’architecture minimaliste repose sur un principe essentiel : effacer au maximum la présence visuelle de la masse construite, en gommant tout détail parasite et en autorisant une interactivité visuelle objective entre intérieur et extérieur. Ceci en vue de rendre compte de la nature (le paysage) sans la manipuler ni perturber sa perception. Toujours selon Le Corbusier, le design minimaliste et la fenêtre panoramique introduisent dans les pièces « l’immensité du dehors, l’infalsiſiable unité d’un paysage avec tempête et calme radieux. »

L’esprit de la véranda

Les baies coulissantes minimalistes s’adaptent parfaitement à l’esprit de la véranda, pièce de lumière largement ouverte sur l’environnement naturel. Certains constructeurs comme Keller ont développé des gammes de baies (Minimal Windows) pour équiper un système de véranda contemporaine (Glasshouse de Keller). D’autres fabricants se livrent à un véritable challenge permanent pour réduire à peau de chagrin l’épaisseur de leurs châssis vitrés. Le Suisse Panoramah! (notre photo de couverture) affirme que ses limites sont seulement fixées par la dimension maximale des vitrages disponibles chez les industriels du verre (18 mètres carrés au plus par vantail et jusqu’à 6 mètres de hauteur). Un autre fabricant helvète, Vitrocsa, fait sienne un adage de Léonard de Vinci : « la sophistication ultime c'est la simplification ». Sky-Frame (encore un Suisse, preuve que la précision horlogère peut aussi s’appliquer à des éléments de construction) annonce des performances thermiques exceptionnelles (des coefficients de châssis Uw très proches des seuls coefficients Ug des vitrages, ce qui démontre bien qu’en réduisant sensiblement la surface d’aluminium au profit du vitrage (en moyenne ces produits atteignent 98% de clair de jour), on améliore spectaculairement la performance énergétique. De son côté, l’industriel français d’origine suédoise) Sapa Building System, connu pour son réseau de vérandalistes Style de Vie, propose sa gamme Art Line où les structures des châssis aluminium sont également réduites à leur plus simple expression. Art Line reprend à son compte l’aphorisme de Mies van der Rohe en le détournant subtilement par l’expression “Light is more“ (la lumière est le plus).

La maîtrise de la technologie

Chez tous les fabricants de châssis minimalistes, les contraintes techniques ont été surmontées grâce à des solutions complexes qui exigent une haute précision d’usinage et de pose (nous parlions plus haut de la précision horlogère suisse qui n’est pas ici un vain mot). Les matériaux (profilés en aluminium extrudé, acier inoxydable) aussi bien que les accessoires utilisés (chariots de roulements à bille notamment) doivent satisfaire à des critères de haute qualité et fiabilité pour garantir la fonctionnalité parfaite des ouvrants. Certains fabricants proposent même des formules originales, telles que des baies à guillotine (Vitrocsa) ou des portes sur pivots sans aucune charnière apparente. Afin de ramener à zéro la section visible des châssis, des techniques de galandage (effacement des vantaux vitrés dans les cloisons latérales) ou des seuils encastrés (au sol mais aussi en faux plafond) constituent autant de solutions intelligentes largement utilisées par les concepteurs pour atteindre quasiment les 100% de clair de lumière. Cette vision minimaliste n’est celle d’une véranda futuriste : elle existe d’ores et déjà, et connaît un engouement exceptionnel pour la réalisation d’extensions d’habitat au design éthéré ainsi qu’au confort extrême.