Aller au contenu principal »

la veranda en kiosque chaque trimestre : news, reportages, materiaux, annuaire
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2017 n°52 - Automne 2017
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2017 n°51 - Été 2017
  • Véranda magazine Avril / Juin 2017 n°50 - Printemps 2017
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2017 n°49 - Hiver 2017
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2016 n°48 - Automne 2016
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2016 n°47 - Été 2016
  • Véranda magazine Avril / Juin 2016 n°46 - Printemps 2016
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2016 n°45 - Hiver 2016
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2015 n°44 - Automne 2015
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2015 n°43 - Été 2015
  • Véranda magazine Avril / Juin 2015 n°42 - Printemps 2015
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2015 n°41 - Hiver 2015
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2014 n°40 - Automne 2014
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2014 n°39 - Été 2014
  • Véranda magazine Avril / Juin 2014 n°38 - Printemps 2014
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2014 n°37 - Hiver 2014
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2013 n°36 - Automne 2013
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2013 n°35 - Été 2013
  • Véranda magazine Avril / Juin 2013 n°34 - Printemps 2013
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2013 n°33 - Hiver 2013
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2012 n°32 - Automne 2012
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2012 n°31 - Été 2012
  • Véranda magazine Avril / Juin 2012 n°30 - Printemps 2012
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2012 n°29 - Hiver 2012
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2011 n°28 - Automne 2011
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2011 n°27 - Été 2011
  • Véranda magazine Avril / Juin 2011 n°26 - Printemps 2011
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2011 n°25 - Hiver 2011
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°24 - Automne 2010
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2010 n°23 - Été 2010
  • Véranda magazine Avril / Juin 2010 n°22 - Printemps 2010
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2010 n°21 - Hiver 2010
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°20 - Automne 2009
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2009 n°19 - Été 2009
  • Véranda magazine Avril / Juin 2009 n°18 - Printemps 2009
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2009 n°17 - Hiver 2009
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2008 n°16 - Automne 2008
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2008 n°15 - Été 2008
  • Véranda magazine Avril / Juin 2008 n°14 - Printemps 2008
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2008 n°13 - Hiver 2008
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2007 n°12 - Automne 2007
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2007 n°11 - Été 2007
  • Véranda magazine Avril / Juin 2007 n°10 - Printemps 2007
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2007 n°9 - Hiver 2007
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2006 n°8 - Automne 2006
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2006 n°7 - Été 2006
  • Véranda magazine Avril / Juin 2006 n°6 - Printemps 2006
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2006 n°5 - Hiver 2006
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2005 n°4 - Automne 2005
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2005 n°3 - Été 2005
  • Véranda magazine Mars / Avril 2005 n°2 - Printemps 2005
  • Véranda magazine Janvier / Février 2005 n°1 - Hiver 2005

Le retour aux techniques et matériaux traditionnels est dans l’air du temps. La véranda n’y échappe pas grâce à des solutions écologiques ayant fait leurs preuves depuis fort longtemps. Témoin la toiture végétalisée, déjà mise en œuvre voici trois siècles par les constructeurs des orangeries de Versailles. Nous redécouvrons aujourd’hui des formules constructives d’autrefois, avec leurs vertus oubliées en matière de protection thermique et de respect de l’environnement. Développement durable et valorisation de l’écodiversité oblige, les techniques du bâtiment s’intéressent de plus en plus à ces procédés séculaires qui offrent de réels avantages, pas seulement esthétiques loin s’en faut. Découverte de la toiture de véranda végétalisée, avec un spécialiste de cette technique, la société Véranda Concept, adhérent du réseau des Créateurs de Vérandas Style de Vie.

Enquête

Toiture végétalisée : une solution pour l'écodiversité

Le retour aux techniques et matériaux traditionnels est dans l’air du temps. La véranda n’y échappe pas grâce à des solutions écologiques ayant fait leurs preuves depuis fort longtemps. Témoin la toiture végétalisée, déjà mise en œuvre voici trois siècles par les constructeurs des orangeries de Versailles. Nous redécouvrons aujourd’hui des formules constructives d’autrefois, avec leurs vertus oubliées en matière de protection thermique et de respect de l’environnement. Développement durable et valorisation de l’écodiversité oblige, les techniques du bâtiment s’intéressent de plus en plus à ces procédés séculaires qui offrent de réels avantages, pas seulement esthétiques loin s’en faut. Découverte de la toiture de véranda végétalisée, avec un spécialiste de cette technique, la société Véranda Concept, adhérent du réseau des Créateurs de Vérandas Style de Vie, implantée à Velaine-en-Haye près de Nancy...

Développement durable, respect de la planète et confort renouvelé

Le concept de toiture végétalisée repose sur l’utilisation d’un substrat de faible épaisseur (une dizaine de centimètres) planté d’espèces florales spécifiques dénommées “sedum“, bien connues des botanistes et des horticulteurs pour la réalisation de jardins en rocaille faciles d’entretien. Ces plantes de type lichen ont la particularité de croître facilement en plein soleil et de prospérer sans aucun soin particulier ni arrosage. À la floraison, elles explosent en bouquets de couleurs chaudes et vives, mais gardent le reste de l’année l’aspect d’un camaïeu de coloris où dominent le vert tendre et l’ocre roux. Si la toiture végétalisée répond à un souci d’esthétique et aux valeurs écologiques évidentes qui l’accompagnent, elle remplit aussi des fonctions plus pratiques, qui en font un véritable matériau de haute technicité. Commençons par les avantages écologiques : tout espace vert contribue à fixer les poussières atmosphériques et les pollens et à revitaliser la biodiversité par le maintien d’espèces animales comme les insectes (papillons, abeilles, etc) ou les oiseaux. Par ailleurs, on connaît l’impact négatif de la surdensité urbaine sur le climat : selon une étude du Ministère canadien de l'Environnement, la présence de terrasses vertes sur seulement 6 % des toits des villes ferait descendre la température d'environ 1,5 °C et ferait ainsi économiser près de 5 % des coûts de rafraîchissement artificiel dans tous les immeubles climatisés des villes. Ainsi la végétalisation des toitures induit une protection thermique notable, qui se combine à une protection acoustique non négligeable dans une véranda.

Frantz Brice, VÉRANDA CONCEPT

Responsable commercial de Véranda Concept, Frantz Brice promeut activement ce concept auprès de ses prospects et clients. « La toiture végétalisée est totalement en phase avec l’idée même de véranda : elle participe à la communion avec la nature qui est le propre de la véranda et prolonge le plaisir de se sentir plus proche de l’environnement, surtout dans les milieux urbains. D’autre part, c’est une solution technique de protection et d’isolation passive très performante. Nous savons qu’elle assure une inertie thermique permettant de réaliser d’importantes économies d’énergie. Une membrane de toiture exposée au soleil peut atteindre une température de surface de 65 °C alors que la même membrane recouverte de végétaux demeure entre 15 et 20 °C. La température de la toiture influence la température intérieure de la véranda et réduit donc les besoins de climatisation. »

Mme T. (Vandœuvre-lès-Nancy - 54)

« Mon mari et moi avons fait le choix d’une toiture végétalisée car nous habitons dans une zone urbaine assez dense où la végétation est assez rare. Quand nous avons fait construire notre extension par Véranda Concept, on nous a recommandé cette solution pour améliorer l’isolation et réduire ainsi les coûts de chauffage. Nous avons également constaté une très bonne isolation phonique, alors que dans notre vieille véranda, le bruit de la pluie sur le toit était insupportable. Personnellement je suis très sensible à la protection de l’environnement et j’estime que nous devons faire le maximum pour éviter de détruire la nature. Et puis quel plaisir quand nous ouvrons chaque matin les volets de notre chambre à coucher qui surplombe le toit de la véranda : c’est un enchantement ! Le champ de vision inclut parfaitement la toiture avec le jardin et nous avons l’impression d’une continuité naturelle. En plus, comme notre chambre est située directement sous les combles de la maison, il y fait assez chaud le soir en été. La toiture végétale agit comme une climatisation, par évaporation de l’eau contenue dans le substrat de terre, et nous rafraîchit naturellement.
Finalement, c’est un très bon choix que nous avons fait ! »

M. C. (Dommartin-lès-Toul – 54)

« Quand nous avons imaginé ce projet de véranda, nous avions en tête de prolonger notre ancienne maison lorraine un peu obscure et de l’ouvrir largement sur la nature. Le rendu est conforme à nos vœux et nous permet maintenant d’être immergés toute la journée dans notre environnement très verdoyant. Pour réaliser cette grande véranda de 35 m², nous avons dû construire une dalle en prélevant cette surface sur le jardin. Nous nous sommes dit qu’une toiture végétalisée permettrait de restituer à l’environnement autant de mètres carrés que nous en avions récupérés, et c’est ainsi que nous avons choisi cette solution proposée par Véranda Concept. Nous en sommes très satisfaits car les bénéfices sont réellement importants. Comme je suis ingénieur de formation, je sais apprécier les résultats techniques que nous obtenons : la protection thermique est excellente car l’inertie de la couche de substrat de culture permet de stabiliser fortement les variations de température. L’isolation acoustique est également appréciable. La couverture en végétaux absorbe parfaitement les impacts de la pluie et le substrat conserve l’humidité, ce qui contribue à la bonne croissance du sedum et élimine totalement les contraintes d’entretien. »