Aller au contenu principal »

la veranda en kiosque chaque trimestre : news, reportages, materiaux, annuaire
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2017 n°51 - Été 2017
  • Véranda magazine Avril / Juin 2017 n°50 - Printemps 2017
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2017 n°49 - Hiver 2017
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2016 n°48 - Automne 2016
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2016 n°47 - Été 2016
  • Véranda magazine Avril / Juin 2016 n°46 - Printemps 2016
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2016 n°45 - Hiver 2016
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2015 n°44 - Automne 2015
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2015 n°43 - Été 2015
  • Véranda magazine Avril / Juin 2015 n°42 - Printemps 2015
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2015 n°41 - Hiver 2015
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2014 n°40 - Automne 2014
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2014 n°39 - Été 2014
  • Véranda magazine Avril / Juin 2014 n°38 - Printemps 2014
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2014 n°37 - Hiver 2014
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2013 n°36 - Automne 2013
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2013 n°35 - Été 2013
  • Véranda magazine Avril / Juin 2013 n°34 - Printemps 2013
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2013 n°33 - Hiver 2013
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2012 n°32 - Automne 2012
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2012 n°31 - Été 2012
  • Véranda magazine Avril / Juin 2012 n°30 - Printemps 2012
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2012 n°29 - Hiver 2012
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2011 n°28 - Automne 2011
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2011 n°27 - Été 2011
  • Véranda magazine Avril / Juin 2011 n°26 - Printemps 2011
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2011 n°25 - Hiver 2011
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°24 - Automne 2010
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2010 n°23 - Été 2010
  • Véranda magazine Avril / Juin 2010 n°22 - Printemps 2010
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2010 n°21 - Hiver 2010
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°20 - Automne 2009
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2009 n°19 - Été 2009
  • Véranda magazine Avril / Juin 2009 n°18 - Printemps 2009
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2009 n°17 - Hiver 2009
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2008 n°16 - Automne 2008
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2008 n°15 - Été 2008
  • Véranda magazine Avril / Juin 2008 n°14 - Printemps 2008
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2008 n°13 - Hiver 2008
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2007 n°12 - Automne 2007
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2007 n°11 - Été 2007
  • Véranda magazine Avril / Juin 2007 n°10 - Printemps 2007
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2007 n°9 - Hiver 2007
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2006 n°8 - Automne 2006
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2006 n°7 - Été 2006
  • Véranda magazine Avril / Juin 2006 n°6 - Printemps 2006
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2006 n°5 - Hiver 2006
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2005 n°4 - Automne 2005
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2005 n°3 - Été 2005
  • Véranda magazine Mars / Avril 2005 n°2 - Printemps 2005
  • Véranda magazine Janvier / Février 2005 n°1 - Hiver 2005

La singularité des verrières conçues et construites par Luc d’Hulst s’exprime dans un dépouillement extrême : les fioritures sont absolument bannies de ses réalisations, comme si l’exigence d’utilité totale excluait toute tentation décorative. Nous sommes à mille lieues de l’exubérance ornementale du style victorien avec sa débauche de frises, de volutes, rosaces ou palmettes forgées. En ce sens, l’esprit créatif demeure au-delà des modes pour mieux s’affirmer dans l’intemporalité. Luc d’Hulst enrichit par ses œuvres le corpus légué par les maîtres architectes du XXe siècle, Walter Gropius, Mies van der Rohe et autres Le Corbusier. Ces théoriciens de la construction contemporaine accordaient une place prédominante à la simplicité des formes pour mieux exprimer la fonction essentielle de l’architecture.

Mots-clés :VERANDA / ORANGERIE / ACIER / D'HULST

Éloge de la lumière

Le souffle jubilatoire d’une architecture infiniment inspirée

Réputé pour ses splendides orangeries de style en acier, Luc d’Hulst s’intéresse avec la même force d’inspiration à des projets plus modestes. Témoin cette verrière pleine de délicatesse qui a transfiguré une jolie maison de ville typiquement flamande. Le souffle jubilatoire du créateur s’exprime ici avec minimalisme, tout en puissance retenue, comme si la simplicité du dessin faisait jaillir une beauté absolue née du respect exigeant de l’utilité fonctionnelle.

Luc d’Hulst, le magicien de l’acier, ne cesse de nous étonner par l’art indicible avec lequel il marie la sobriété du métal avec l’architecture si particulière des villes du Nord. C’est un peu comme s’il voulait en souligner l’austérité bourgeoise par des verrières d’une stricte facture mais qui assument sans ostentation leur vocation primordiale  : recueillir à profusion cette lumière nacrée qui fait l’attrait des ciels flamands.

La singularité des verrières conçues et construites par Luc d’Hulst s’exprime dans un dépouillement extrême : les fioritures sont absolument bannies de ses réalisations, comme si l’exigence d’utilité totale excluait toute tentation décorative. Nous sommes à mille lieues de l’exubérance ornementale du style victorien avec sa débauche de frises, de volutes, rosaces ou palmettes forgées. En ce sens, l’esprit créatif demeure au-delà des modes pour mieux s’affirmer dans l’intemporalité.

Luc d’Hulst enrichit par ses œuvres le corpus légué par les maîtres architectes du XXe siècle, Walter Gropius, Mies van der Rohe et autres Le Corbusier. Ces théoriciens de la construction contemporaine accordaient une place prédominante à la simplicité des formes pour mieux exprimer la fonction essentielle de l’architecture : créer des volumes destinés uniquement à satisfaire les besoins élémentaires de l’habitat humain en éliminant drastiquement toute forme d’embellissement superfétatoire. Selon cette conception, une fenêtre n’a pour rôle que de procurer l’éclairage naturel d’un local. En répondant à cette fonction du mieux possible, elle trouve sa pleine justification et, partant, la beauté des choses utiles (“Le beau est utile, l’inutile est laid” disait déjà Fontenelle voici trois siècles).

Le design actuel s’inscrit dans la même démarche minimaliste qui débarrasse les objets et les constructions des ajouts décoratifs inutiles et même nuisibles à l’harmonie des villes d’aujourd’hui. Cette verrière et la toiture vitrée qui la complète rendent un service parfait dans leur dénuement stylistique. C’est pourquoi il est vain pour le rédacteur de chercher les superlatifs : il lui suffit de décrire la fonction pour remplir sa tâche… Néanmoins, il ne sait résister au plaisir des mots pour manifester son enthousiasme. Aussi évoquera-t-il la clarté suave et onctueuse qui émane de ces verrières, la lumière vaporeuse qui imprègne les pièces, produisant une atmosphère indistincte où la langueur le dispute à la mélancolie. Plus prosaïquement, pour la bonne compréhension des images, il est utile de préciser que ces deux constructions vitrées réussissent à créer une continuité pertinente entre deux espaces de vie mitoyens, une salle à manger spacieuse et la cuisine qui la complète judicieusement. Il va de soi que ces ouvrages de verre assurent une excellente isolation thermique grâce à des vitrages à haute performance.

Une réalisation utilitaire, donc parfaitement admirable !