Aller au contenu principal »

la veranda en kiosque chaque trimestre : news, reportages, materiaux, annuaire
  • Véranda magazine Avril / Juin 2017 n°50 - Printemps 2017
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2017 n°49 - Hiver 2017
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2016 n°48 - Automne 2016
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2016 n°47 - Été 2016
  • Véranda magazine Avril / Juin 2016 n°46 - Printemps 2016
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2016 n°45 - Hiver 2016
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2015 n°44 - Automne 2015
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2015 n°43 - Été 2015
  • Véranda magazine Avril / Juin 2015 n°42 - Printemps 2015
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2015 n°41 - Hiver 2015
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2014 n°40 - Automne 2014
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2014 n°39 - Été 2014
  • Véranda magazine Avril / Juin 2014 n°38 - Printemps 2014
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2014 n°37 - Hiver 2014
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2013 n°36 - Automne 2013
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2013 n°35 - Été 2013
  • Véranda magazine Avril / Juin 2013 n°34 - Printemps 2013
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2013 n°33 - Hiver 2013
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2012 n°32 - Automne 2012
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2012 n°31 - Été 2012
  • Véranda magazine Avril / Juin 2012 n°30 - Printemps 2012
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2012 n°29 - Hiver 2012
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2011 n°28 - Automne 2011
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2011 n°27 - Été 2011
  • Véranda magazine Avril / Juin 2011 n°26 - Printemps 2011
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2011 n°25 - Hiver 2011
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°24 - Automne 2010
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2010 n°23 - Été 2010
  • Véranda magazine Avril / Juin 2010 n°22 - Printemps 2010
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2010 n°21 - Hiver 2010
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°20 - Automne 2009
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2009 n°19 - Été 2009
  • Véranda magazine Avril / Juin 2009 n°18 - Printemps 2009
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2009 n°17 - Hiver 2009
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2008 n°16 - Automne 2008
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2008 n°15 - Été 2008
  • Véranda magazine Avril / Juin 2008 n°14 - Printemps 2008
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2008 n°13 - Hiver 2008
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2007 n°12 - Automne 2007
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2007 n°11 - Été 2007
  • Véranda magazine Avril / Juin 2007 n°10 - Printemps 2007
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2007 n°9 - Hiver 2007
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2006 n°8 - Automne 2006
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2006 n°7 - Été 2006
  • Véranda magazine Avril / Juin 2006 n°6 - Printemps 2006
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2006 n°5 - Hiver 2006
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2005 n°4 - Automne 2005
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2005 n°3 - Été 2005
  • Véranda magazine Mars / Avril 2005 n°2 - Printemps 2005
  • Véranda magazine Janvier / Février 2005 n°1 - Hiver 2005

Claude Turpin, serrurier-ferronnier responsable de l’atelier Turpin-Longueville à Paris, qualifie volontiers cette réalisation de “véranda à l’envers“… En effet, c’est d’habitude le jardin qui entoure la véranda : ici c’est exactement l’inverse ! Il faut bien dire que la localisation urbaine de cet aménagement et la surface réduite des lieux n’auraient guère permis d’imaginer une vaste pelouse au détriment de l’espace habitable. La parcelle constructible se trouvant enclavée dans un dense environnement urbain, l’architecte s’est orienté vers une solution favorisant le maximum d’ensoleillement grâce à une verrière intégrale d’une quinzaine de mètres de périphérie.

Atypique véranda-patio

Un jardin au cœur de la véranda

A la manière d’une cloître cistercien ou d’un riad marocain, cette réalisation témoigne d’un sens aigu de l’aménagement d’un espace détourné de sa vocation première et réhabilité en un loft original et très confortable. A l’origine ce volume situé en pleine ville était occupé par un modeste atelier d’imprimerie. Après avoir fait place nette en abattant toutes les cloisons, le concepteur a choisi de réserver la zone centrale à un petit jardin intérieur à ciel ouvert agrémenté d’une fontaine et de l’encadrer par une verrière courant sur trois de ses côtés. Le résultat obtenu se concrétise par une triple pièce d’habitation (salon, bibliothèque et cuisine) en forme de U, qui bénéficie d’autant d’orientations au soleil, et partant, d’une transparence qui multiplie les jeux d’ombres et de lumières pour des jours sans fin.

Toute de verre et d’acier pour exalter la lumière

Claude Turpin, serrurier-ferronnier responsable de l’atelier Turpin-Longueville à Paris, qualifie volontiers cette réalisation de “véranda à l’envers“… En effet, c’est d’habitude le jardin qui entoure la véranda : ici c’est exactement l’inverse ! Il faut bien dire que la localisation urbaine de cet aménagement et la surface réduite des lieux n’auraient guère permis d’imaginer une vaste pelouse au détriment de l’espace habitable. La parcelle constructible se trouvant enclavée dans un dense environnement urbain, l’architecte s’est orienté vers une solution favorisant le maximum d’ensoleillement grâce à une verrière intégrale d’une quinzaine de mètres de périphérie. Pour répondre au souhait des propriétaires de préserver aux lieux leur caractère typique, le choix des matériaux s’est porté naturellement vers l’acier qui autorise par ailleurs un clair de jour optimal. De fait, la haute résistance mécanique des profilés en acier permet de réduire significativement les sections des châssis et d’obtenir des épaisseurs moindres que celles permises par d’autres matériaux. Et donc de bénéficier de surfaces vitrées bien plus importantes. De plus, cette particularité conduit à minimiser l’un des inconvénients de l’acier : sa faible inertie thermique qui en fait un matériau difficile à isoler. Ainsi, de par la faible surface des profilés par rapport à la superficie totale de la verrière (réalisée avec des doubles vitrages performants), le coefficient global d’isolation thermique reste très satisfaisant.

Jeux d’ombres et de lumières tout au long de la journée

Le parti architectural retenu pour cette réalisation s’est traduit par un espace habitable continu d’une centaine de mètres carrés, que les occupants ont organisé en trois zones sciemment dépourvues de cloisonnements. La cuisine-salle à manger communique ainsi librement avec la longue bibliothèque, laquelle débouche à son tour sur un vaste séjour meublé d’accueillants fauteuils clubs. Deux portes-fenêtres situées de part et d’autre du patio permettent d’accéder aisément au jardin, tandis que plusieurs fenêtres et vasistas assurent les apports d’air frais. Afin d’accroître davantage le confort visuel et l’éclairement naturel du volume, l’aménageur a prévu de percer les plafonds de la cuisine et du salon et d’y installer deux verrières zénithales. Les faux plafonds ont été dotés de spots encastrés fournissant un éclairage nocturne diffus et agréable. Il restait à résoudre une question essentielle, à laquelle on a su répondre avec autant de pertinence que d’élégance : la protection thermique. En effet, une telle surface vitrée enregistre des apports solaires conséquents, et c’est d’ailleurs sa raison d’être aux mauvais jours. En revanche, dès l’été venu, le rayonnement thermique et lumineux du soleil provoque immanquablement de désagréables éblouissements et une élévation importante des températures intérieures. Grâce à des stores vénitiens en lames de bois orientables équipant l’intégralité de la verrière, les occupants peuvent réguler à volonté la filtration lumineuse et les apports thermiques.

Claude Turpin
Gérant de Turpin-Longueville

“Tous nos modèles sont originaux et personnalisés”

Turpin-Longueville construit des vérandas en acier “à l’ancienne“, c’est à dire en mettant en œuvre les techniques artisanales traditionnelles. Chaque réalisation est ainsi dessinée spécialement suivant les spécifications souhaitées par le client, et fabriquée entièrement à la main par des ferronniers hautement qualifiés. Il s’en suit une forte personnalisation de chaque modèle qui demeure unique en son genre. La structure métallique de ces réalisations, très résistante, permet de construire aussi bien de très grands que de petits volumes, des toitures bombées, des ornements art déco ou des verrières de toutes surfaces.
Claude Turpin veille au respect d’une certaine tradition de la véranda, élégante et décorative. Il sait également, et cette réalisation en témoigne à l’évidence, créer des volumes originaux dans des espaces atypiques. Ses vérandas et ses verrières bénéficient des dernières technologies, que ce soit au niveau des produits verriers ou du traitement des aciers, garantissant des performances thermiques voisines des vérandas en aluminium. Plusieurs milliers de vérandas sont ainsi sorties des ateliers où œuvrent de véritables artisans, fabricants de vérandas et créateurs d’élégance. « Nous ne réalisons que des modèles originaux, créés sur mesure en fonction de chaque situation. C’est précisément cette personnalisation à outrance que nos clients recherchent et qui nous permet de nous démarquer » confie ce ferronnier talentueux.