Aller au contenu principal »

la veranda en kiosque chaque trimestre : news, reportages, materiaux, annuaire
  • Véranda magazine Avril / Juin 2017 n°50 - Printemps 2017
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2017 n°49 - Hiver 2017
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2016 n°48 - Automne 2016
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2016 n°47 - Été 2016
  • Véranda magazine Avril / Juin 2016 n°46 - Printemps 2016
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2016 n°45 - Hiver 2016
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2015 n°44 - Automne 2015
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2015 n°43 - Été 2015
  • Véranda magazine Avril / Juin 2015 n°42 - Printemps 2015
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2015 n°41 - Hiver 2015
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2014 n°40 - Automne 2014
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2014 n°39 - Été 2014
  • Véranda magazine Avril / Juin 2014 n°38 - Printemps 2014
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2014 n°37 - Hiver 2014
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2013 n°36 - Automne 2013
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2013 n°35 - Été 2013
  • Véranda magazine Avril / Juin 2013 n°34 - Printemps 2013
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2013 n°33 - Hiver 2013
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2012 n°32 - Automne 2012
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2012 n°31 - Été 2012
  • Véranda magazine Avril / Juin 2012 n°30 - Printemps 2012
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2012 n°29 - Hiver 2012
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2011 n°28 - Automne 2011
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2011 n°27 - Été 2011
  • Véranda magazine Avril / Juin 2011 n°26 - Printemps 2011
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2011 n°25 - Hiver 2011
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°24 - Automne 2010
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2010 n°23 - Été 2010
  • Véranda magazine Avril / Juin 2010 n°22 - Printemps 2010
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2010 n°21 - Hiver 2010
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°20 - Automne 2009
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2009 n°19 - Été 2009
  • Véranda magazine Avril / Juin 2009 n°18 - Printemps 2009
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2009 n°17 - Hiver 2009
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2008 n°16 - Automne 2008
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2008 n°15 - Été 2008
  • Véranda magazine Avril / Juin 2008 n°14 - Printemps 2008
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2008 n°13 - Hiver 2008
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2007 n°12 - Automne 2007
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2007 n°11 - Été 2007
  • Véranda magazine Avril / Juin 2007 n°10 - Printemps 2007
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2007 n°9 - Hiver 2007
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2006 n°8 - Automne 2006
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2006 n°7 - Été 2006
  • Véranda magazine Avril / Juin 2006 n°6 - Printemps 2006
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2006 n°5 - Hiver 2006
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2005 n°4 - Automne 2005
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2005 n°3 - Été 2005
  • Véranda magazine Mars / Avril 2005 n°2 - Printemps 2005
  • Véranda magazine Janvier / Février 2005 n°1 - Hiver 2005

Comme il arrive souvent en région parisienne, l’art du vérandaliste est appelé à s’exercer sur des projets situés en étage. C’est ici le cas avec une verrière destinée à clôturer une terrasse extérieure dans le but d’agrandir significativement la surface de l’appartement tout en offrant une généreuse surface vitrée accueillant des flots de lumière. Le challenge proposé au concepteur résidait dans le souhait d’ouvrir largement la façade d’une vaste pièce de séjour et de prolonger le volume existant en évitant de créer tout hiatus visuel ou démarcation disgracieuse à la jonction de la nouvelle extension. Le savoir-faire de Turpin-Longueville, rompu de longue date à ce genre d’exercice de style, s’est illustré une nouvelle fois avec une réalisation irréprochable.

Indicible élégance

Le charme intemporel des verrières de jadis

Agrémenter une belle demeure ancienne d’une verrière de style ne peut s’improviser avec des matériaux ordinaires. Seuls la noblesse et le style élégant permis par l’acier forgé peuvent s’accommoder des exigences plastiques imparties à ce type de projet où la fonctionnalité ne peut cependant jamais céder le pas à l’unique parti pris esthétique. Autrement dit, même si la verrière revendique sans détours son statut d’œuvre d’art à part entière, dans le strict respect des principes hérités de l’architecture métallique du XIXe siècle, elle se doit de rendre le service requis par toute pièce de vie actuelle : le confort doit y être au rendez-vous quelles que soient les conditions climatiques ou les contraintes saisonnières. Un exercice dans lequel excelle Turpin-Longueville, spécialiste des belles verrières conçues et réalisées dans l’esprit d’autrefois.

Clairs obscurs savamment étudiés...

Comme il arrive souvent en région parisienne, l’art du vérandaliste est appelé à s’exercer sur des projets situés en étage. C’est ici le cas avec une verrière destinée à clôturer une terrasse extérieure dans le but d’agrandir significativement la surface de l’appartement tout en offrant une généreuse surface vitrée accueillant des flots de lumière. Le challenge proposé au concepteur résidait dans le souhait d’ouvrir largement la façade d’une vaste pièce de séjour et de prolonger le volume existant en évitant de créer tout hiatus visuel ou démarcation disgracieuse à la jonction de la nouvelle extension. Le savoir-faire de Turpin-Longueville, rompu de longue date à ce genre d’exercice de style, s’est illustré une nouvelle fois avec une réalisation irréprochable qui laisse à imaginer que la verrière existait dans l’état depuis l’origine du bâtiment.

Ce sentiment d’intégration harmonieuse résulte aussi bien de la légèreté de la structure en acier à peine enjolivée de quelques discrètes arabesques forgées, que de la reprise impeccablement réalisée du magnifique parquet en chêne ciré. Echancrée sur une large portée, la maçonnerie séparative vient habilement ponctuer l’espace entre bibliothèque et salon, créant un subtil clair obscur qui se joue des éclairages trop intenses. Afin de gérer intelligemment les apports solaires et les contrastes climatiques selon les saisons, le projet s’est entouré d’équipements judicieusement adaptés : stores velums intérieurs coulissant sur les profilés de toiture, système de climatisation réversible, chauffage central assuré par l’installation existante. Malgré une orientation plein sud, la verrière s’avère parfaitement habitable même en plein été, ce qui prouve que les constructions en acier de ce type peuvent répondre aux exigences les plus sévères à condition d’avoir fait l’objet des précautions d’usage que connaissent bien les maîtres ferronniers chevronnés.

Claude Turpin
Gérant Turpin-Longueville
“En harmonie avec l’architecture classique de Paris”

Turpin-Longueville construit des vérandas en acier “à l’ancienne“, c’est à dire en mettant en œuvre les techniques artisanales traditionnelles. Chaque réalisation est ainsi dessinée spécialement suivant les spécifications souhaitées par le client, et fabriquée entièrement à la main par des ferronniers hautement qualifiés. Il s’en suit une forte personnalisation de chaque modèle qui demeure unique en son genre. La structure métallique de ces réalisations, très résistante, permet de construire aussi bien de très grands que de petits volumes, des toitures bombées et des ornements art déco. Ces élégantes vérandas prolongent la maison mais, bien plus que de simples extensions, elles lui ajoutent une note de confort et de liberté où il fait bon vivre, été comme hiver.

Claude Turpin veille au respect d’une certaine tradition de la véranda, élégante et décorative. Ses vérandas à l’ancienne bénéficient des dernières technologies, au niveau des produits verriers et du traitement des aciers, garantissant des performances thermiques voisines des vérandas en aluminium. Plusieurs milliers de vérandas sont ainsi sorties des ateliers où œuvrent de véritables artisans, fabricants de vérandas et créateurs d’élégance. «Nous mettons un point d’honneur à ne réaliser que des modèles originaux car c’est précisément cette personnalisation à outrance que nos clients recherchent» confie Claude Turpin. «Pour dessiner nos projets, nous nous inspirons souvent du style des anciennes verrières de la belle époque qui s’harmonisent parfaitement avec l’architecture classique de Paris.»