Aller au contenu principal »

la veranda en kiosque chaque trimestre : news, reportages, materiaux, annuaire
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2017 n°52 - Automne 2017
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2017 n°51 - Été 2017
  • Véranda magazine Avril / Juin 2017 n°50 - Printemps 2017
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2017 n°49 - Hiver 2017
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2016 n°48 - Automne 2016
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2016 n°47 - Été 2016
  • Véranda magazine Avril / Juin 2016 n°46 - Printemps 2016
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2016 n°45 - Hiver 2016
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2015 n°44 - Automne 2015
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2015 n°43 - Été 2015
  • Véranda magazine Avril / Juin 2015 n°42 - Printemps 2015
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2015 n°41 - Hiver 2015
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2014 n°40 - Automne 2014
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2014 n°39 - Été 2014
  • Véranda magazine Avril / Juin 2014 n°38 - Printemps 2014
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2014 n°37 - Hiver 2014
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2013 n°36 - Automne 2013
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2013 n°35 - Été 2013
  • Véranda magazine Avril / Juin 2013 n°34 - Printemps 2013
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2013 n°33 - Hiver 2013
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2012 n°32 - Automne 2012
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2012 n°31 - Été 2012
  • Véranda magazine Avril / Juin 2012 n°30 - Printemps 2012
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2012 n°29 - Hiver 2012
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2011 n°28 - Automne 2011
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2011 n°27 - Été 2011
  • Véranda magazine Avril / Juin 2011 n°26 - Printemps 2011
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2011 n°25 - Hiver 2011
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°24 - Automne 2010
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2010 n°23 - Été 2010
  • Véranda magazine Avril / Juin 2010 n°22 - Printemps 2010
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2010 n°21 - Hiver 2010
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°20 - Automne 2009
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2009 n°19 - Été 2009
  • Véranda magazine Avril / Juin 2009 n°18 - Printemps 2009
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2009 n°17 - Hiver 2009
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2008 n°16 - Automne 2008
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2008 n°15 - Été 2008
  • Véranda magazine Avril / Juin 2008 n°14 - Printemps 2008
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2008 n°13 - Hiver 2008
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2007 n°12 - Automne 2007
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2007 n°11 - Été 2007
  • Véranda magazine Avril / Juin 2007 n°10 - Printemps 2007
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2007 n°9 - Hiver 2007
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2006 n°8 - Automne 2006
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2006 n°7 - Été 2006
  • Véranda magazine Avril / Juin 2006 n°6 - Printemps 2006
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2006 n°5 - Hiver 2006
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2005 n°4 - Automne 2005
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2005 n°3 - Été 2005
  • Véranda magazine Mars / Avril 2005 n°2 - Printemps 2005
  • Véranda magazine Janvier / Février 2005 n°1 - Hiver 2005

De nombreux gammistes, industriels et équipementiers de la véranda s’intéressent de près aux attentes de plus en plus pressantes du marché en matière de construction “écologique“. Ce terme générique recouvre d’ailleurs plusieurs notions différentes : la protection de l’environnement d’une part (lutte contre l’effet de serre, réduction des émissions et déchets polluants, préservation des ressources naturelles en eau et en énergie) ; l’économie d’énergie primaire d’autre part, pour résoudre la problématique de son renchérissement galopant ; et enfin la recherche d’alternatives plus “propres“ pour construire nos maisons, les éclairer et les chauffer.

Economie & écologie

Haute qualité environnementale

Construire la véranda écologique de demain

De nombreux gammistes, industriels et équipementiers de la véranda s’intéressent de près aux attentes de plus en plus pressantes du marché en matière de construction “écologique“. Ce terme générique recouvre d’ailleurs plusieurs notions différentes : la protection de l’environnement d’une part (lutte contre l’effet de serre, réduction des émissions et déchets polluants, préservation des ressources naturelles en eau et en énergie) ; l’économie d’énergie primaire d’autre part, pour résoudre la problématique de son renchérissement galopant ; et enfin la recherche d’alternatives plus “propres“ pour construire nos maisons, les éclairer et les chauffer. Le prototype de maison “Construisons Demain“ présenté à la dernière Foire de Paris (nos photos ci-dessus) rassemble dans un même projet la plupart des solutions technologiques déjà opérationnelles chez les fabricants de matériaux et d’équipements constructifs.

La véranda au cœur de la maison future

Emanation concrète du Grenelle de l’Environnement, cette habitation-exposition démontre qu’il est possible d’associer qualité architecturale, confort, technologie et démarche environnementale. L’une de ses composantes les plus significatives réside dans la verrière amovible recouvrant son patio intérieur. Ce dispositif rend la maison extrêmement compacte l’hiver et lui permet de bénéficier des apports thermiques du soleil. En été, la verrière s’efface pour dégager largement l’espace naturel du patio. Les châssis aluminium composant cette toiture vitrée ont été extrudés par l’industriel Flandria et usinés par la société Milleville, spécialiste breton de la véranda à toiture ouvrante. « Cette réalisation atteste que l’aluminium répond avec pertinence à des projets innovants » affirme Ignace Vandenbroucke, Directeur général de Flandria.

FLANDRIA : La Villa-Véranda© à isolation renforcée

Inventeur et développeur du concept de Villa-Véranda©, le gammiste-extrudeur Flandria dispose d’une forte expérience de ce type d’extension novatrice. Intégralement réalisée en aluminium, la structure de la Villa-Véranda© permet d’obtenir une toiture de forme plate, avec un plafond intérieur analogue à celui d’une pièce traditionnelle. A ceci près que cette toiture s’enrichit d’une vaste coupole vitrée qui restitue les apports de lumière typiques de la véranda classique. Cette structure légère, indéformable, imputrescible, ininflammable et insensible à la corrosion, autorise une isolation largement dimensionnée. L’épaisseur du plafond plat (une vingtaine de centimètres) permet de loger en charpente un matelas de matériau isolant qui garantit un excellent confort thermique. L’étanchéité de la terrasse est assurée par une membrane en polyester soudée à froid. La réalisation des structures et châssis de façade fait appel à des profilés aluminium à rupture de pont thermique, associés à des vitrages à isolation renforcée. La rigidité de l’ensemble est due aux sections importantes des profilés, qui sont assemblés par des moyens exclusivement mécaniques (équerres, visserie inox). La Villa-Véranda©, une solution idéale pour une isolation optimale.

REYNAERS : Le Reynaers Institute promeut l’innovation

Depuis sa création en 1965, Reynaers Aluminium est un acteur majeur du secteur de la construction. Afin de répondre au mieux aux exigences du marché, le groupe associe idées novatrices et méthodes de fabrication à la pointe du progrès. Le Reynaers Institute réunit des architectes, constructeurs, entrepreneurs et collaborateurs de la société, qui mettent en commun leur expérience afin de bâtir ensemble l’avenir de la construction. L’Institute est à l’origine des nombreuses innovations développées par Reynaers, notamment en matière de performance énergétique de l’enveloppe des bâtiments.

SCHUCO : Energy2, enjeux et stratégies

L’édition 2008 du salon SchücoBat s’est déroulée en mai dernier sur le site industriel de Schüco France dans les Yvelines. L’occasion de faire le point sur les nouveautés de ce concepteur-gammiste leader en Europe sur les marchés de la menuiserie alu et PVC, et plus récemment des énergies alternatives. La tendance est évidente : le futur du bâtiment – et de la véranda – passe irrémédiablement par l’économie d’énergie et (parallèlement) la production d’énergie propre. Avec un objectif très clair à moyen terme : la maison à zéro consommation ! Un programme ambitieux mais réaliste, que Schüco résume dans son concept “Energy2“…

Des vérandas haute isolation

Premier volet du concept Energy2 : l’économie d’énergie grâce à des efforts soutenus en faveur des matériaux les plus isolants. Schüco contribue pour une part importante à cet objectif en proposant des profilés et systèmes de menuiserie à haut pouvoir isolant. A titre d’exemple, la toiture de véranda Deck Home atteint un coefficient U inférieur à 1, ce qui représente une performance exceptionnelle, bien meilleure que les recommandations pourtant élevées de la réglementation thermique en vigueur (RT 2005). Les autres modèles de la gamme Schüco s’inspirent aussi de ces exigences : les vérandas à toiture épine ou chevrons tubulaires bénéficient de la haute qualité des profilés et menuiseries Schüco. L’innovation vient actuellement des systèmes domotiques intégrés TipTronic permettant la gestion automatique des ouvrants.

Des vérandas zéro consommation

C’est le deuxième volet de la stratégie Energy2 de Schüco : il vise à doter la maison et sa véranda de sources d’énergie alternatives, afin de réduire progressivement la consommation de carburants fossiles. L’énergie solaire offre une grande souplesse d’installation et d’exploitation. Schüco a mis au point des panneaux PV (photovoltaïques) semi-transparents qui n’occultent que partiellement la toiture vitrée et offrent un beau design. Le solaire thermique permet de produire de l’eau chaude gratuite pour les besoins sanitaires ou en appoint de chauffage. La pompe à chaleur (PAC) utilise les calories contenues dans l’air ou le sous-sol pour produire de l’eau chaude afin de chauffer une habitation. A noter que la PAC peut être réversible pour climatiser la maison et la véranda en été.

ALIPLAST : Véranda productrice d’énergie naturelle

Autrefois la véranda était, généralement à juste titre, considérée comme “énergivore“ en hiver car mal isolée et construite à partir de matériaux peu performants (rappelons que la technique du barretage thermique et des profilés de gamme dite “chaude“ est relativement récente et que les vitrages ont réalisé des progrès considérables ces dernières années). Cette vision négative est en voie d’évolution rapide et même de s’inverser totalement. Johan Verstrepen, CEO d’Aliplast, est même persuadé que la véranda va devenir une véritable centrale d’énergie. Et de citer l’un des clients vérandalistes du groupe, la société Châssis Ernst à Liège, qui démontre, preuves à l’appui, que la véranda peut produire passivement sa propre énergie calorique et même chauffer la maison. Explication…

L’effet de serre gagnant

Philippe Lagasse de Locht, patron de Châssis Ernst, développe une ligne directrice à laquelle il ne déroge pas : une véranda, à l’inverse de ce que l’on imagine habituellement, n’est pas une installation consommatrice d’énergie supplémentaire, mais au contraire, un espace de vie supplémentaire qui devient producteur d’énergie. En clair, c’est la véranda qui chauffe et régule l’ensemble de la maison, grâce à l’utilisation raisonnée de l’effet de serre !

Equilibre thermique été/hiver

Le concept novateur développé par Aliplast repose sur la gestion équilibrée des flux climatiques selon la saison. En été, le soleil étant plus ardent mais à l’aplomb optimal, pénètre essentiellement par la toiture. Pour éviter une surchauffe intempestive de la véranda, on privilégie donc un vitrage de toiture avec un facteur solaire à forte réflexion thermique. La véranda reste donc relativement fraîche, moyennant un dispositif d’aération-ventilation adapté pour renouveler suffisamment l’air ambiant. En hiver, le soleil marque un angle plus prononcé sur l’horizon et peut contribuer à chauffer l’intérieur de la véranda à travers la façade vitrée. La verrière se comporte alors comme un réservoir de chaleur. Il suffit ensuite de gérer l’ouverture des portes entre véranda et maison pour que la chaleur accumulée le jour se transmette de l’une à l’autre en soirée.

Isolation et génération thermiques

Ces deux vecteurs sont complémentaires pour rendre une véranda quasiment neutre en termes de bilan énergétique (voire même excédentaire dans certains cas) : une isolation optimale exploitant intelligemment l’effet de serre d’une part, et des dispositifs générant une énergie provenant de sources naturelles comme le soleil à l’aide de panneaux photovoltaïques et/ou thermiques. Aliplast préconise l’installation de ces capteurs en toiture de la véranda ou de la maison pour profiter de l’inclinaison idéale des pentes. Avec un résultat très concret : réduire de 80% ou plus sa facture énergétique !

SAPA : Rendre la véranda autosuffisante en énergie

Le groupe Sapa Building System, l’un des intervenants leaders en Europe sur le marché de la véranda, dispose d’un département Recherche & Développement particulièrement actif dans le domaine des nouvelles technologies. Parmi les dernières innovations Sapa, nous avons retenu deux solutions qui s’inscrivent logiquement dans les évolutions actuelles en faveur des économies d’énergie et de la production d’énergies alternatives. La première de ces innovations, baptisée Luminance, se concrétise par une toiture-terrasse développée pour le réseau des vérandalistes Style de Vie : le concept mis au point par les ingénieurs de Sapa s’appuie sur une structure tout aluminium dont le profil porteur autorise une portée de 4 mètres. Différents types de lanterneaux seront proposés pour personnaliser chaque modèle. Il s’agit là d’une véritable extension de la maison, améliorant l’isolation thermique pour réaliser des économies d’énergie substantielles. Seconde innovation, la toiture photovoltaïque équipant la véranda Axelle : disponible dès le début 2008, cette toiture garnie de capteurs solaires permettra de produire l’énergie électrique suffisante pour rendre la véranda et une partie de la maison autosuffisantes.

RENSON : La protection solaire intelligente

Surtout connu pour ses dispositifs d’aération et d’extraction d’air qui favorisent une bonne gestion climatique de la véranda, Renson propose également une collection de systèmes de stores extérieurs spécifiques : Verandascreen est l’un des plus performants du marché grâce à la grande largeur des lés (jusqu’à 4,50m) et jusqu’à 7m de projection. Avec des toiles résistantes aux UV et imputrescibles, les stores Verandascreen offrent un rendement remarquable en protection thermique des toitures vitrées.

DVL : Basse consommation

L’éclairagiste DVL, spécialiste de la lumière dans la véranda, équipe déjà tous ses produits d’ampoules basse consommation économisant largement l’électricité, et dont la durée de vie est bien supérieure aux lampes de spots conventionnelles. DVL prépare aussi une nouvelle gamme exploitant les propriétés et les avantages des led’s, ces diodes émettrices de lumière très peu gourmandes en énergie (à rendement égal, la consommation électrique d’une led est divisée par 100). Plus encore, sa durée de vie peut être estimée entre 10 et 20 ans ! Enfin, ces lampes nouvelle génération ne chauffent pratiquement pas, un atout précieux sur le plan de la sécurité…

BAYER : La “nano-isolation” extrême

Bayer Sheet Europe, leader des plaques en polycarbonate pour la couverture de verrières et vérandas, commercialise depuis peu un nouveau produit présentant des performances isolantes hors pair. Les alvéoles des plaques Makrolon® Ambient sont remplies de Nanogel®, un aérogel de silice translucide qui se présente sous la forme de minuscules granulés blancs. Cette innovation majeure dans le domaine des remplisseurs de toiture induit un progrès significatif sur le plan des économies d’énergie et du respect de l’environnement.

Avancée notable en matière de protection thermique, Makrolon® Ambient présente d’autres caractéristiques intéressantes en couverture de verrière ou de véranda : son poids réduit par rapport au double vitrage (7 kg au m² contre 35 pour le verre) autorise des structures porteuses moins résistantes et, partant, moins onéreuses. De plus, les plaques en polycarbonate s’avèrent pratiquement incassables (les tests réalisés en laboratoire montrent qu’elles résistent à la chute d’une boule d’acier de 4 kg lâchée depuis une hauteur de 9,50 m).

Un isolant révolutionnaire

La structure moléculaire du Nanogel est extrêmement serrée, la largeur moyenne d’un spore étant de l’ordre de 20 nm (nanomètres - 1 nm = 1 milliardième de mètre). Les molécules d’azote et d’oxygène formant l’air libre sont, quant à elles, séparées de 30 à 50 nm, et c’est en s’entrechoquant naturellement qu’elles transfèrent de l’énergie calorifique. Etant plus “dense“ que l’air contenu dans les plaques, le Nanogel empêche ces collisions et fournit ainsi une isolation thermique remarquable. Le coefficient U des plaques Makrolon® Ambient est inférieur à 1 W/m².K, quel que soit leur mode d’implantation (à l’horizontale, à la verticale ou inclinées). Les informations communiquées par Bayer Sheet Europe montrent que les économies d’énergie réalisées sur le chauffage d’une véranda seraient multipliées par trois par rapport à l’utilisation de double vitrage traditionnel en toiture.

Confortable ambiance lumineuse

Les plaques Makrolon® Ambient bénéficient d’autres atouts de poids pour faire de votre véranda une pièce idéalement éclairée : quel que soit le temps, la lumière naturelle est toujours agréablement diffusée, évitant l’éblouissement et créant une atmosphère de détente harmonieuse. La face externe des plaques est dotée d’un revêtement spécial anti-UV qui garantit la protection contre leurs effets nocifs. Côté pratique, Makrolon® Ambient ne craint pas les salissures : la pluie s’emploie efficacement à nettoyer les dépôts de poussière et un simple arrosage suffit en saison sèche pour évacuer les résidus. Enfin, avantage ultime, les plaques de Makrolon acceptent de se courber à froid pour la réalisation de toitures galbées du meilleur effet esthétique.

PILKINGTON : Economiser l’eau, un défi majeur !...

Le vitrage autonettoyant s’affirme comme un progrès apprécié en matière de confort puisqu’il résout élégamment le problème de l’entretien des surfaces vitrées, en particulier les verrières de toiture souvent difficiles d’accès. Mais, incidemment, cette fonctionnalité apporte aussi son écot à l’environnement par les économies d’eau de lavage qu’elle engendre. Et en outre par l’économie de détergents dont on connaît le rôle nocif pour le cadre naturel…

Pilkington est l’un des principaux producteurs mondiaux de vitrage autonettoyant, commercialisé sous la marque Activ Suncool. Le principe de ces vitrages repose sur une double propriété de la micro-couche déposée à leur surface : une première action photo-catalytique pour dégrader les salissures organiques et les réduire à l’état de poussière ; une seconde action hydrophile pour permettre à l’eau de pluie de “napper“ la surface et d’évacuer ces résidus. Au final, des vitres toujours propres et un petit geste pour l’environnement.

EUROTHERM : Heat Mirror, le vitrage supra-isolant

C’est la performance suprême en matière de vitrage isolant : Heat Mirror surclasse largement tous ses concurrents sur ce terrain, avec des caractéristiques étonnantes. Le coefficient U, qui mesure le niveau de conduction thermique d’un matériau, évalue Heat Mirror à 0.30, ce qui correspond à un mur en béton d’un demi mètre d’épaisseur ! Un résultat qui situe ce verre miracle comme la meilleure solution pour la réalisation de toitures, voire de façades de véranda hautement isolées. Et pourtant, il ne s’agit ici que d’un double vitrage mais il fait mieux que les meilleurs triples vitrages lourds et encombrants. Comment le constructeur, Eurotherm, parvient-il à ce résultat remarquable ? En intercalant entre les deux feuilles de verre un ou plusieurs films en polyester dotés d’une forte capacité absorbante. Cette technologie issue de la Nasa bénéficie déjà d’un retour d’expérience de plusieurs décennies et peut donc être considérée comme très fiable. Et de plus, Heat Mirror excelle aussi sur le plan de l’isolation phonique.