Aller au contenu principal »

la veranda en kiosque chaque trimestre : news, reportages, materiaux, annuaire
  • Véranda magazine Avril / Juin 2017 n°50 - Printemps 2017
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2017 n°49 - Hiver 2017
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2016 n°48 - Automne 2016
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2016 n°47 - Été 2016
  • Véranda magazine Avril / Juin 2016 n°46 - Printemps 2016
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2016 n°45 - Hiver 2016
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2015 n°44 - Automne 2015
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2015 n°43 - Été 2015
  • Véranda magazine Avril / Juin 2015 n°42 - Printemps 2015
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2015 n°41 - Hiver 2015
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2014 n°40 - Automne 2014
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2014 n°39 - Été 2014
  • Véranda magazine Avril / Juin 2014 n°38 - Printemps 2014
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2014 n°37 - Hiver 2014
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2013 n°36 - Automne 2013
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2013 n°35 - Été 2013
  • Véranda magazine Avril / Juin 2013 n°34 - Printemps 2013
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2013 n°33 - Hiver 2013
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2012 n°32 - Automne 2012
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2012 n°31 - Été 2012
  • Véranda magazine Avril / Juin 2012 n°30 - Printemps 2012
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2012 n°29 - Hiver 2012
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2011 n°28 - Automne 2011
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2011 n°27 - Été 2011
  • Véranda magazine Avril / Juin 2011 n°26 - Printemps 2011
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2011 n°25 - Hiver 2011
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°24 - Automne 2010
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2010 n°23 - Été 2010
  • Véranda magazine Avril / Juin 2010 n°22 - Printemps 2010
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2010 n°21 - Hiver 2010
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°20 - Automne 2009
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2009 n°19 - Été 2009
  • Véranda magazine Avril / Juin 2009 n°18 - Printemps 2009
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2009 n°17 - Hiver 2009
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2008 n°16 - Automne 2008
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2008 n°15 - Été 2008
  • Véranda magazine Avril / Juin 2008 n°14 - Printemps 2008
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2008 n°13 - Hiver 2008
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2007 n°12 - Automne 2007
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2007 n°11 - Été 2007
  • Véranda magazine Avril / Juin 2007 n°10 - Printemps 2007
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2007 n°9 - Hiver 2007
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2006 n°8 - Automne 2006
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2006 n°7 - Été 2006
  • Véranda magazine Avril / Juin 2006 n°6 - Printemps 2006
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2006 n°5 - Hiver 2006
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2005 n°4 - Automne 2005
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2005 n°3 - Été 2005
  • Véranda magazine Mars / Avril 2005 n°2 - Printemps 2005
  • Véranda magazine Janvier / Février 2005 n°1 - Hiver 2005

Après “Le Jardin sous verre“ et “Vivre dans un rêve de verre“, un troisième livre d’art consacré aux créations de Luc d’Hulst vient de paraître aux Editions Lannoo. Richement illustré de superbes photographies dues au talentueux regard de Hans Fonk, “Serres et Orangeries“ présente de nombreuses réalisations toutes aussi belles et harmonieusement intégrées dans leur environnement. Ce livre, dont chaque page réserve de nouveaux émerveillements, dévoile les secrets immémoriaux des botanistes d’antan. Il révèle aussi la mystérieuse alchimie qui semble s’opérer entre la serre et le règne végétal : tout se passe comme si la beauté des plantes s’inspirait de la splendeur de l’orangerie et trouvait dans ses élancements d’acier un modèle de développement mélodieux.

L'art et la lumière

L'art et la lumière

Poète de l’acier et de la lumière, Luc d’Hulst nous convie au même parcours initiatique qu’un autre Flamand – le grand peintre Vermeer – qui, trois siècles avant lui, mit en scène les plus beaux éclairages dans une rare économie de formes et de couleurs. L’esthétique minimaliste de la verrière, portée aux limites de la concision, restitue la pureté de l’expression stylistique et la sobriété graphique de la composition. Ce génie consommé de l’agencement des volumes et des matières rencontre ici l’art indicible d’un grand photographe, Hans Fonk, saisissant les instants magiques où la lumière idéale immortalise les orangeries de Luc d’Hulst dans des tableaux oniriques emplis d’ombres discrètes et d’objets improbables qui interrogent nos imaginations.

Un univers foisonnant et serein

Loin d’être des natures mortes éternellement figées dans les photographies de Hans Fonk, les structures vitrées de Luc d’Hulst respirent d’une vie foisonnante mais sereine, berçant l’esprit au détour d’un songe ou d’un fantasme secrets. On conçoit sans peine les mille et une lumières toutes différentes qui doivent baigner cette merveilleuse orangerie au fil des heures et des saisons. Le charme de cette verrière hors des modes tient autant à la justesse des proportions et des lignes qu’à la judicieuse décoration intérieure expertement ordonnancée. Le choix du mobilier et des accessoires n’a rien de banal : chaque élément a été minutieusement sélectionné pour s’intégrer dans un ensemble harmonieux. Une harmonie qui naît étrangement de la disparité des formes et des matériaux, entre une banquette au cuir patiné, une table campagnarde et une curieuse bergère qui semble taillée dans une racine d’arbre… Au demeurant, derrière cette esthétique picturale se profile bien davantage qu’un décor plaisant au regard : l’orangerie s’avère parfaitement habitable, elle invite au repos, à la méditation mais aussi aux fêtes les plus conviviales. Au-delà d’une épure d’architecte talentueux, la réalisation répond en effet aux exigences d’une pièce à vivre au quotidien. Luc d’Hulst, qui détient une solide expérience de plusieurs décennies, maîtrise parfaitement les contraintes thermiques liées aux “maisons de lumière“ ainsi qu’il les nomme : en témoignent les dispositifs de ventilation sous forme de tabatières qui équipent la toiture (voir photo page 78) ou encore les vitrages à haute protection solaire évitant la surchauffe du volume intérieur. L’orangerie peut également vivre aussi bien le jour que la nuit et le concepteur l’a pourvue à cette fin d’un éclairage savamment implanté grâce à des spots aussi discrets qu’élégants. La fiabilité de la structure métallique est à l’épreuve du temps grâce au traitement anticorrosion et au laquage spécial de l’acier. Une magnifique création qui s’inscrit parfaitement dans l’univers magique de Luc d’Hulst.

Serres et Orangeries

“Poésie des images et des mots”

Après “Le Jardin sous verre“ et “Vivre dans un rêve de verre“, un troisième livre d’art consacré aux créations de Luc d’Hulst vient de paraître aux Editions Lannoo. Richement illustré de superbes photographies dues au talentueux regard de Hans Fonk, “Serres et Orangeries“ présente de nombreuses réalisations toutes aussi belles et harmonieusement intégrées dans leur environnement. Les textes d’Ivo Pauwels, écrivain mais aussi jardinier émérite, mettent en exergue les idylliques écrins vitrés offerts aux plantes les plus diverses : décoratives ou comestibles, agrumes et légumes, cactées et succulentes, floralies de printemps ou d’été, palmiers tropicaux ou délicates orchidées…

Ce livre, dont chaque page réserve de nouveaux émerveillements, dévoile les secrets immémoriaux des botanistes d’antan qui détenaient l’art et la manière d’acclimater sous serre les plantes les plus délicates. Il révèle aussi la mystérieuse alchimie qui semble s’opérer entre la serre et le règne végétal : tout se passe comme si la beauté des plantes s’inspirait de la splendeur de l’orangerie et trouvait dans ses élancements d’acier un modèle de développement mélodieux. Dans un respect quasi mystique de cet univers naturel, Luc d’Hulst dessine et construit des verrières à l’esthétique irréprochable, offrant aux plantes aussi bien qu’aux hommes un confort exceptionnel.