Aller au contenu principal »

la veranda en kiosque chaque trimestre : news, reportages, materiaux, annuaire
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2017 n°52 - Automne 2017
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2017 n°51 - Été 2017
  • Véranda magazine Avril / Juin 2017 n°50 - Printemps 2017
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2017 n°49 - Hiver 2017
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2016 n°48 - Automne 2016
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2016 n°47 - Été 2016
  • Véranda magazine Avril / Juin 2016 n°46 - Printemps 2016
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2016 n°45 - Hiver 2016
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2015 n°44 - Automne 2015
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2015 n°43 - Été 2015
  • Véranda magazine Avril / Juin 2015 n°42 - Printemps 2015
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2015 n°41 - Hiver 2015
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2014 n°40 - Automne 2014
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2014 n°39 - Été 2014
  • Véranda magazine Avril / Juin 2014 n°38 - Printemps 2014
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2014 n°37 - Hiver 2014
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2013 n°36 - Automne 2013
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2013 n°35 - Été 2013
  • Véranda magazine Avril / Juin 2013 n°34 - Printemps 2013
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2013 n°33 - Hiver 2013
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2012 n°32 - Automne 2012
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2012 n°31 - Été 2012
  • Véranda magazine Avril / Juin 2012 n°30 - Printemps 2012
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2012 n°29 - Hiver 2012
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2011 n°28 - Automne 2011
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2011 n°27 - Été 2011
  • Véranda magazine Avril / Juin 2011 n°26 - Printemps 2011
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2011 n°25 - Hiver 2011
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°24 - Automne 2010
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2010 n°23 - Été 2010
  • Véranda magazine Avril / Juin 2010 n°22 - Printemps 2010
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2010 n°21 - Hiver 2010
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°20 - Automne 2009
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2009 n°19 - Été 2009
  • Véranda magazine Avril / Juin 2009 n°18 - Printemps 2009
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2009 n°17 - Hiver 2009
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2008 n°16 - Automne 2008
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2008 n°15 - Été 2008
  • Véranda magazine Avril / Juin 2008 n°14 - Printemps 2008
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2008 n°13 - Hiver 2008
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2007 n°12 - Automne 2007
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2007 n°11 - Été 2007
  • Véranda magazine Avril / Juin 2007 n°10 - Printemps 2007
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2007 n°9 - Hiver 2007
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2006 n°8 - Automne 2006
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2006 n°7 - Été 2006
  • Véranda magazine Avril / Juin 2006 n°6 - Printemps 2006
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2006 n°5 - Hiver 2006
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2005 n°4 - Automne 2005
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2005 n°3 - Été 2005
  • Véranda magazine Mars / Avril 2005 n°2 - Printemps 2005
  • Véranda magazine Janvier / Février 2005 n°1 - Hiver 2005

Créateur de vérandas exclusivement en acier, Luc D'Hulst conçoit d'extraordinaires serres et orangeries qui enchantent autant par leur esthétique que par leur confort. Contrairement aux idées reçues, les structures en acier ne sont pas forcément moins isolées que celles en aluminium. Ce constructeur d'exception sait par exemple habiller en bois les faces internes de l'ossature en acier afin de créer une rupture thermique. On note aussi dans les réalisations de Luc D'Hulst l'emploi systématique de double vitrage à isolation renforcée et la mise en oeuvre de systèmes de ventilation appropriés pour garantir la bonne qualité de l'air ambiant.

Mots-clés :VERANDA / ORANGERIE / SERRE / DHULST / ACIER / VIR / BELGIQUE

Merveilleuses orangeries

La magie éternelle des maisons de verre et de lumière

L’ostentation n’a pas droit de cité dans l’univers et le parcours de Luc d’Hulst, ce magicien créateur de serres, orangeries et vérandas de verre et d’acier. Ses réalisations relèvent d’une simplicité presque enfantine. Cubes et pyramides primitifs, volumes bruts, lignes élémentaires et formes anguleuses se rejoignent en une symétrie confondante. Et pourtant, le sentiment de perfection et de quintessence artistique est bien palpable. Cet ingénieur et technicien émérite, affable et modeste, possède plus que quiconque l’art de fondre les verrières dans les frondaisons ou dans les vieilles pierres. A tel point qu’elles nous semblent avoir toujours existé. Le simple fait d’imaginer leur absence cause une étrange sensation de vacuité.

Un univers de poésie et de pragmatisme

Ne comptez pas sur Luc d’Hulst pour imaginer une orangerie ou un jardin d’hiver somptueux qui serait inhabitable. Chaque création de cet artiste, sorte de poète de l’acier, reste en effet parfaitement fonctionnelle. Car ce Flamand débonnaire, architecte de génie, est avant tout un ingénieur et un technicien hors-pair. Lorsqu’il s’investit dans un projet, il réfléchit non seulement aux aspects architecturaux de la structure à construire mais aussi à l’aménagement du jardin, à la décoration, aux objets utilitaires qui meubleront sa création. Ses « maisons de lumière » comme il aime les qualifier, sont bâties pour durer. Le traitement anti-corrosion de l’acier assure la longévité des structures. Les doubles vitrages des parois et de la toiture procurent une isolation thermique très satisfaisante tandis que les tabatières motorisées permettent de maintenir une atmosphère saine à l’intérieur de la véranda. S’il privilégie l’acier et parfois le bois, c’est parce que son caractère le porte naturellement vers la noblesse et l’authenticité des matériaux. Persuadé que « l’inutile est laid, seul l’utile est beau », Luc d’Hulst conçoit exclusivement des orangeries confortables à vivre, des serres où croissent harmonieusement les plantes, des accessoires décoratifs mais toujours fonctionnels…

Cette magnifique orangerie, comme surgie hors du temps, reflète l’âme de son créateur, lequel s’affranchit des lois pour mieux surprendre. Les créations de Luc d’Hulst s’effacent toujours derrière la nature et la laissent reprendre ses droits. C’est l’humilité de cet hommage qui nous rend ce forgeron-poète si attachant. Lequel n’oublie pas de doter ses œuvres des équipements adaptés à leur destination. Dans cet exemple, l’installation d’une frise en dentelle métallique au faîtage de la serre combine une protection pratique contre les oiseaux et une finition fort élégante de la toiture. A l’épreuve du temps et des modes, les réalisations de Luc d’Hulst sonnent comme une merveilleuse réponse artistique à ceux qui recherchent la sérénité, dans une société largement dominée par le stress.

 

Luc d’Hulst - Architecte créateur d’orangeries en acier

“L’idéal pour exigence”

Les serres et orangeries dessinées et bâties par Luc d’Hulst reflètent le tempérament de leur créateur : véritable colosse, l’homme campe solidement sur ses valeurs d’authenticité et de rigueur auxquelles il ne déroge jamais. Pour lui, nul compromis ni demi-mesure. A l’instar de tous les grands bâtisseurs, seul l’idéal est autorisé. Cette exigence ne range pas pour autant Luc d’Hulst parmi les utopistes. Ingénieur de formation, Il se fait un devoir de réaliser des constructions parfaitement fonctionnelles et durables. Designer industriel, comme il se qualifie avec modestie, il met depuis plus de vingt-cinq ans sa créativité au service de l’habitat, en imaginant des serres, orangeries ou jardins d’hiver tous plus originaux les uns que les autres et d’un confort irréprochable.

Particulièrement attentif à personnaliser chacune de ses créations, Luc d’Hulst consacre beaucoup de temps à découvrir le rythme de vie et les aspirations de ses clients, qui deviennent souvent ses amis. Grâce à cette connaissance de l’univers des futurs occupants, l’artiste imagine un projet unique dans lequel s’imbriquent les matériaux et les objets les plus divers : l’acier, le bois, le verre, la pierre, la brique, l’élément végétal (omniprésent dans ses compositions) ainsi que tous les meubles et éléments décoratifs assortis. Pour Luc d’Hulst, une réalisation ne doit jamais être ostentatoire. Elle doit au contraire humblement respecter le bâti existant et lui rendre hommage. « L’orangerie est un concept classique que je m’efforce de magnifier par l’innovation » confie-t-il. D’où l’emploi de matériaux parmi les plus contemporains, comme le titane par exemple.