Aller au contenu principal »

la veranda en kiosque chaque trimestre : news, reportages, materiaux, annuaire
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2017 n°51 - Été 2017
  • Véranda magazine Avril / Juin 2017 n°50 - Printemps 2017
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2017 n°49 - Hiver 2017
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2016 n°48 - Automne 2016
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2016 n°47 - Été 2016
  • Véranda magazine Avril / Juin 2016 n°46 - Printemps 2016
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2016 n°45 - Hiver 2016
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2015 n°44 - Automne 2015
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2015 n°43 - Été 2015
  • Véranda magazine Avril / Juin 2015 n°42 - Printemps 2015
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2015 n°41 - Hiver 2015
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2014 n°40 - Automne 2014
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2014 n°39 - Été 2014
  • Véranda magazine Avril / Juin 2014 n°38 - Printemps 2014
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2014 n°37 - Hiver 2014
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2013 n°36 - Automne 2013
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2013 n°35 - Été 2013
  • Véranda magazine Avril / Juin 2013 n°34 - Printemps 2013
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2013 n°33 - Hiver 2013
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2012 n°32 - Automne 2012
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2012 n°31 - Été 2012
  • Véranda magazine Avril / Juin 2012 n°30 - Printemps 2012
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2012 n°29 - Hiver 2012
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2011 n°28 - Automne 2011
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2011 n°27 - Été 2011
  • Véranda magazine Avril / Juin 2011 n°26 - Printemps 2011
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2011 n°25 - Hiver 2011
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°24 - Automne 2010
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2010 n°23 - Été 2010
  • Véranda magazine Avril / Juin 2010 n°22 - Printemps 2010
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2010 n°21 - Hiver 2010
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2010 n°20 - Automne 2009
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2009 n°19 - Été 2009
  • Véranda magazine Avril / Juin 2009 n°18 - Printemps 2009
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2009 n°17 - Hiver 2009
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2008 n°16 - Automne 2008
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2008 n°15 - Été 2008
  • Véranda magazine Avril / Juin 2008 n°14 - Printemps 2008
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2008 n°13 - Hiver 2008
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2007 n°12 - Automne 2007
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2007 n°11 - Été 2007
  • Véranda magazine Avril / Juin 2007 n°10 - Printemps 2007
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2007 n°9 - Hiver 2007
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2006 n°8 - Automne 2006
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2006 n°7 - Été 2006
  • Véranda magazine Avril / Juin 2006 n°6 - Printemps 2006
  • Véranda magazine Janvier / Mars 2006 n°5 - Hiver 2006
  • Véranda magazine Octobre / Décembre 2005 n°4 - Automne 2005
  • Véranda magazine Juillet / Septembre 2005 n°3 - Été 2005
  • Véranda magazine Mars / Avril 2005 n°2 - Printemps 2005
  • Véranda magazine Janvier / Février 2005 n°1 - Hiver 2005

Riches d’imagination, de création et avec la maîtrise confirmée des matériaux, quelques rares artisans d’art parviennent à relever le défi de constructions contemporaines respectant l’âme et l’esprit de Paris, capitale de lumière mondialement visitée. Nostalgie de l’acier des jardins d’hiver de la Belle Epoque tels que les conçoit Claude Turpin-Longeville ou audaces contemporaines autour de l’aluminium à la manière du vérandaliste Verre et Bleu, leurs réalisations sont de purs joyaux d’architecture.

Vérandas de Paris

Eblouissantes verrières pour la ville lumière

Paris et l’Ile de France recèlent tant de joyaux d’architecture qu’on jugerait a priori impensable d’y construire la moindre véranda sans nuire à l’ordonnancement esthétique parfait de la ville lumière ! Et pourtant, quelques rares artisans d’art parviennent à relever ce défi en imaginant et réalisant des constructions contemporaines respectant scrupuleusement l’âme et l’esprit de la cité. Ces verrières de charme évoquent splendidement la nostalgie des jardins d’hiver de la Belle Epoque, sans renoncer pour autant à offrir le confort contemporain qui en fait de vraies pièces de vie inondées de soleil. Pour une grande part, ces vérandas font appel aux matériaux traditionnels des superbes serres d’autrefois, la fonte, l’acier et le bois. Mais d’autres optent, non sans une certaine audace, pour la modernité de l’aluminium. Un choix qui ne sacrifie nullement l’esthétique ou le style.

Séductions parisiennes
Intemporel acier

La véranda en acier trouve sa terre d’élection auprès des belles demeures du passé. Elle se prête admirablement à de somptueuses réalisations, tout en finesse et en légèreté. L’acier fut le métal par excellence des grandes serres et des jardins d’hiver du second Empire. Il fut aux premières loges de l’Art Nouveau, déployant de splendides arabesques végétales. Il participa aux folles impertinences architecturales de la Belle Epoque. Il se met aujourd’hui avec humilité, mais non sans prestige, au service de l’éternelle architecture parisienne.

L’esthétique d’une véranda en acier est incomparable, et aucune n’est identique à l’autre, grâce à la créativité permise par ce métal dont les qualités sont à redécouvrir. Sur le plan technique, l’acier se distingue par des performances hors pair. Sa résistance mécanique se manifeste à travers les grandes réalisations du passé : halles, pavillons et viaducs de portée gigantesque témoignent de ses propriétés qui restent d’actualité. Par la finesse de ses structures, une véranda en acier dégagera toujours une silhouette élégante, où moulures, décors ajourés, dentelles métalliques et frises décorées rivalisent de créativité. Matériau intemporel, l’acier demeure plus que jamais contemporain.

Sur le plan technologique, l’acier d’aujourd’hui n’est plus celui d’hier. Les progrès (dus notamment aux recherches de l’industrie automobile) réalisés dans les procédés de traitement anti-corrosion et les peintures époxy et polyuréthane lui confèrent une remarquable résistance au temps. Par la vertu de ses performances mécaniques inégalables, l’acier autorise la mise en œuvre de faibles sections, limitant ainsi les phénomènes de conduction thermique et de transmission du froid et de la chaleur. Laissez-vous donc surprendre et séduire par ces jardins d’hiver romantiques, ces colonnades au charme subtil, ces poutrelles arachnéennes, ces volutes finement ouvragées. En évoquant la grande saga de la construction métallique traditionnelle, vous découvrirez aussi qu’une véranda en acier, œuvre d’art dessinée par un créateur inspiré et longuement façonnée par un maître serrurier-ferronnier, s’adapte peut-être mieux que toute autre aux architectures, aux styles, aux volumes et aux formes d’autrefois. La véranda en acier est un archétype éternel, d’une séduction qui résiste au temps et aux modes.

Métier d’art

Nulle robotisation, point de machine à commande numérique produisant en grande série, ni de banc d’usinage sophistiqué dans les ateliers des serruriers-ferronniers qui forgent l’acier de leurs mains à l’aide d’un outillage réduit à sa plus simple expression. Les gestes appartiennent à la tradition, tout comme les plans souvent inspirés des archives, même si l’informatique permet de dessiner des modèles qui restent cependant toujours exclusifs. L’architecte de la véranda en acier est avant tout un plasticien du métal, tout en maîtrisant parfaitement les contraintes du matériau. C’est aussi un concepteur de pièce à vivre car la véranda en acier revendique légitimement ce statut. Bien qu’elle ne puisse rivaliser avec l’aluminium ou le bois au registre des performances thermiques, elle compense ce handicap par la plus faible proportion de métal entrant dans la surface globale de l’enveloppe. La structure en acier adopte sans aucune difficulté les vitrages à isolation renforcée et tous les dispositifs qui participent à la gestion climatique. La véranda en acier réalise le rêve de tous les amoureux des belles maisons : marier idéalement l’esthétique la plus intransigeante avec le confort le plus remarquable.

Authenticité des verrières à l’ancienne

Notre pays connaît bien peu d’artisans ferronniers d’art capables de restituer l’authenticité des verrières en acier “à l’ancienne“. Deux d’entre eux, implantés en région parisienne, fournissent des exemples très significatifs des plus belles réalisations d’aujourd’hui : l’atelier Turpin-Longueville, qui a récemment repris les activités du célèbre ferronnier Lucien Longueville, et Le Prestige des Verrières à l’Ancienne. Leur démarche est très voisine : à partir d’une étude historique et graphique sur le style et l’esprit de la maison support du projet de véranda, le concepteur propose une première ébauche qui définit les lignes de force de la verrière. Ce projet se doit de respecter certains principes essentiels qui garantissent l’intégration harmonieuse de la nouvelle construction dans le site. A ce titre, la largeur de trame des façades de la verrière joue un rôle capital. Nos photos illustrent clairement cet aspect primordial : la trame des profilés verticaux de la véranda épouse celle des ouvertures de la maison. Des fenêtres étroites justifient des châssis vitrés resserrés tandis que de larges baies perçant généreusement la maçonnerie permettent d’y assortir une véranda dotée de vastes vitrages. De la même manière, les toitures seront en accord élégant avec le style décoratif de la maison : sobres moulures des corniches ou ornementations victoriennes foisonnant de frises en dentelles de métal, strictes verrières géométriques ou vitrages bombés délicatement galbés c’est souvent la toiture qui inspirera l’esprit des lieux.

Pierre et métal : un suave contraste

L’extrême finesse des profilés en acier rend particulièrement aisée leur association avec les vieilles pierres. Sans doute en raison de leurs similitudes évidentes : l’acier comme la pierre sont des matériaux rustiques, naturels, simples et dénués de toute sophistication. Ils ne recherchent pas la perfection absolue des surfaces, et même leurs petits défauts d’aspect semblent leur donner l’âme des choses vivantes. Ils ont aussi en commun la longue histoire des matériaux de construction traditionnels. Ils partagent enfin des gènes immémoriaux, ceux qui symbolisent le mieux la résistance aux éléments et l’endurance au temps, synthétisant ainsi la profonde aspiration des hommes à la sécurité rassurante de leurs demeures. C’est le miracle de la verrière en acier que de suggérer, sous une apparence incroyablement légère et gracieuse, une puissance expressive et une durabilité à toute épreuve. Autre contraste étonnant : celui de la sévère symétrie des lignes droites alliée à la joliesse sans affectation des courbes élégantes.

Turpin-Longueville : respect des traditions

Propriétaire de la marque “Lucien Longueville“, Claude Turpin construit des vérandas en acier inspirée de modèles historiques. Leur structure très résistante permet de construire aussi bien de très grands que de petits volumes. Ces élégantes vérandas prolongent la maison en lui ajoutant une note de confort et de liberté. L’atelier Turpin-Longueville veille au respect d’une certaine tradition de la véranda, élégante et décorative et produit soixante serres et orangeries en acier chaque année. Un volume relativement peu élevé comparé aux capacités des grands industriels de la véranda aluminium. « La construction en acier reste un marché de niche et toutes nos réalisations sont construites en exemplaire unique » précise Claude Turpin.

La province à Paris
Noblesse du bois

L’Ile de France offre une étonnante diversité architecturale grâce aux emprunts parfois inattendus faits à des styles typiquement régionaux. C’est ici le cas avec cette maison à la limite de l’excentricité qui marie, dans une improbable mais harmonieuse communion, la pierre, la brique et le bois. Opter pour une véranda édifiée dans ce dernier matériau relevait donc d’une logique évidente. Vérambelles, le concepteur-constructeur de cette réalisation exemplaire, est un spécialiste de la véranda en bois pour laquelle il met en œuvre des essences spécifiques comme le Western Red Cedar (cèdre rouge d’Amérique) réputé pour sa dureté et son imputrescibilité. Les propriétés de ce bois sont telles que la structure reste remarquablement fluide et épurée dans la finesse des lignes. L’intégration de petits-bois cintrés dans les baies vitrées et de croisillons dans les impostes ajoute une touche d’élégance à la rotonde victorienne. Le comportement climatique de la véranda en bois présente un excellent bilan, ce matériau affichant des performances incomparables en isolation thermique et phonique.

Les menuisiers bâtisseurs en bois

Peu utilisé pour la réalisation de vérandas en région parisienne, le bois constitue néanmoins une solution élégante et fiable qui répond aux attentes d’esthétique et de durabilité. Ce matériau on ne peut plus naturel s’intègre sans fausse note aux environnements rustiques et aux maisons construites elles-mêmes dans cette matière. L’une des particularités du bois réside dans son traitement de finition : les surfaces peuvent en effet être revêtues d’un laquage, d’un vernis ou d’une lasure, voire laissées à l’état naturel comme le préconise Lloyd Hamilton, dont les magnifiques orangeries en essences exotiques arborent en vieillissant une belle patine gris argenté. Autre particularité du bois : la facilité avec laquelle il se prête au façonnage, permettant d’audacieuses arabesques et de gracieuses moulures. Au-delà de sa rusticité, le bois s’avère aussi un matériau adapté aux technologies actuelles de la gestion thermique dans la véranda. La souplesse de son usinage autorise en effet l’installation aisée de dispositifs de ventilation efficaces, tels que les châssis ouvrants de toiture. Il permet aussi, en association mixte avec des châssis coulissants en aluminium, de réaliser des ouvertures très fonctionnelles en façade.

Fonctionnel et sophistiqué
Modernité de l’aluminium

Faisons définitivement un sort aux clichés éculés : l’aluminium est un matériau qui sait se plier aux exigences esthétiques les plus raffinées. Les profilés actuels, d’une finesse étonnante, laqués dans des tons métallisés reproduisant fidèlement les nuances de l’acier, offrent une riche palette de possibilités architecturales.

On croyait autrefois que les belles maisons parisiennes ne pouvaient tolérer que le noble acier pour se parer de la dentelle métallique d’un jardin d’hiver. Les verrières contemporaines en aluminium démontrent tout le contraire. Au prix d’une étude d’intégration approfondie et d’une esquisse d’architecte intelligente, la structure aluminium s’adapte élégamment à l’environnement urbanistique très protégé de la capitale. Atout supplémentaire de ce prodigieux métal, sa résistance à la corrosion lui permet de conserver fort longtemps l’apparence du premier jour, contrairement à l’acier qui nécessite un entretien régulier et parfois contraignant. Outre cette réussite esthétique, l’aluminium rassemble toutes les qualités attendues pour la construction d’une véranda : légèreté, résistance mécanique, insensibilité aux intempéries, sans oublier ses performances thermiques, grâce aux systèmes de profilés à «rupture de pont thermique» à présent largement généralisés, notamment dans les régions au climat défavorisé. Dans la mesure du possible, mieux vaut en effet privilégier ce dernier choix, dit de gamme chaude, principalement pour la toiture, afin d’éviter les si désagréables et inévitables condensations, tout comme la conduction de la chaleur ou du froid !

Qu’elle soit appliquée aux profilés de façade ou de toiture, la rupture de pont thermique apporte incontestablement à la véranda aluminium des qualités d’habitabilité incomparables : une réduction très sensible, voire une disparition totale des condensations, et une diminution de l’effet inconfortable de paroi froide. Grâce au barrettage, les constructeurs ont en effet résolu la préoccupante problématique de la conduction thermique de l’aluminium ! Autrefois, le châssis d’une véranda rayonnait de façon aussi insupportable la chaleur et le froid, car il se comportait comme un treillis métallique uniforme véhiculant sans discontinuité la température extérieure. Désormais, ces dispositifs de rupture de pont thermique garantissent une isolation et un confort très satisfaisants.

Stylistique de l’urbanisme parisien

Le futurisme de l’aluminium épouse les architectures les plus classiques sans jurer aucunement car la sobriété des profilés, les coloris délibérément sombres et la transparence des grandes baies vitrées estompent visuellement le volume de la véranda. L’exemple ci-dessus est significatif de ce type de pièce de réception formant une avancée protectrice de l’immeuble. Due à la société Verre et Bleu, concepteur-fabricant de vérandas de prestige en Normandie et en Ile de France, cette réalisation tout aluminium a exigé un soin attentif pour adosser judicieusement la verrière à la façade d’un hôtel particulier situé en plein Paris. Avec sa belle façade classique en pierre de taille, percée de hautes portes-fenêtres à croisillons, et sa vaste couverture en ardoise caractéristique des toits parisiens, cette demeure bourgeoise méritait un traitement digne de son élégance. Verre et Bleu a opté pour une trame régulière de châssis vitrés, agrémentés d’impostes avec ouvertures à soufflet faisant office de ventilation. La double porte à la française est encadrée par deux trames plus étroites dont les vitrages sont ornés par des ouvrages décoratifs façon ferronnerie rappelant subtilement le garde-corps de la terrasse supérieure. On relèvera par ailleurs les difficultés spécifiques liées aux travaux effectués dans un site urbain avec, parfois, des projets de vérandas en étages, ce qui implique des travaux en hauteur délicats.

Eric Dubost
Gérant de Verre et Bleu (Partenaire Référence Schüco)

La philosophie de Verre et Bleu repose sur la haute personnalisation de chaque réalisation, qui fait toujours l’objet d’une étude approfondie prenant en compte les paramètres architecturaux et le contexte de la construction existante. « Nous considérons qu’une véranda peut et doit avoir un style réellement intégré à son environnement» affirme Eric Dubost. « C’est pourquoi nous commençons toujours par une étude effectuée par notre architecte-décorateur qui propose une ou plusieurs esquisses respectant l’esprit du bâti existant. Ceci est d’autant plus indispensable quand nous travaillons sur une belle maison ancienne, comme c’est ici le cas en plein Paris. D’autant que nous sommes systématiquement soumis à l’autorisation des Bâtiments de France qui sont extrêmement rigoureux à l’examen des projets. »

Maisons de verre en ville

Tous les projets de véranda n’ont pas la même ampleur, et beaucoup, notamment à Paris et dans sa proche périphérie, concernent des verrières de taille modeste. Raison de plus pour y accorder autant d’importance car l’intégration harmonieuse à la maison existante réclame comme ailleurs une grande attention. Chaque maison a son caractère et jouit d’un environnement unique : la véranda doit magnifier le bâti existant, lui apporter une dimension nouvelle, celle d’une pièce de verre et de lumière qui constituera à volonté un espace de détente, d’intimité ou d’activités partagées en famille ou entre amis. Le choix des matériaux, des coloris et du style de la véranda détermineront la capacité de ce nouveau volume à accueillir confortablement ses occupants en fonction de leurs centres d’intérêt et de la finalité de la véranda. Par sa souplesse de mise en œuvre et ses propriétés exclusives, l’aluminium reste le matériau largement préféré par les acquéreurs de vérandas. A condition de le considérer – c’est le cas des vérandalistes tels que Verre et Bleu – comme un produit technologique de haute qualité qui se prête à des réalisations fortement individualisées !

Karine Pontus
architecte société Verre et Bleu (Partenaire Référence Schüco)

«La personnalisation de chaque véranda est un impératif essentiel pour en faire une pièce à vivre exactement adaptée aux besoins et au mode de vie de nos clients. Nos projets sont donc toujours accompagnés d’une étude très détaillée, qui fait suite à des entretiens approfon- dis organisés chez le client. Ainsi nous sommes à même de bien connaître et comprendre le style de sa maison, autant en extérieur qu’en intérieur et d’imaginer le projet qui s’harmonisera le mieux à ses attentes. Cette démarche individualisée est extrêmement appré- ciée par la clientèle parce qu’elle permet de réaliser des vérandas à la fois très fonctionnelles et vraiment uniques, qui deviennent ensuite des pièces essentielles dans la vie quotidienne. »

Protection solaire indispensable

Selon la chanson, le ciel de Paris est aussi changeant que l’humeur d’une parisienne... Le soleil peut s’y montrer agressif à la belle saison et nécessiter une protection adaptée. Les concepteurs de belles vérandas préconisent souvent la toiture totalement vitrée qui donne toute sa personnalité et son agrément à cette pièce de lumière. Les doubles vitrages actuels sont dotés de protections thermiques réalisées au moyen de micro- couches métalliques vaporisées en usine par coating sur la face interne du verre. Ces couches rejettent une partie variable du rayonnement thermique tout en lais- sant filtrer la lumière naturelle du jour. Une précaution supplémentaire, aussi utile qu’agréable, consiste à installer un système de stores décoratifs et protec- teurs, aussi bien en façade qu’en toiture de la véranda. Les fabricants proposent des stores de formes et de motifs très variés, qui s’harmonisent avec tous les intérieurs. Située par définition dans un environnement urbain dense, la véranda francilienne doit aussi pouvoir préserver l’intimité de ses habitants. Les stores sont ici encore les bienvenus pour faire de la véranda un cocon de bien-être et de confort extrême.